Crash de Kisangani : 53 victimes déjà indemnisées

crash avionL’opinion nationale se souviendra du crash d’un avion de la compagnie HEWA BORA, survenu le 8 juillet 2011 à l’aéroport de Bangoka, à Kisangani, en Province Orientale. Cet accident avait causé la mort de près de 80 passagers sur 112 ainsi que des membres d’équipage.

Cette catastrophe aérienne avait eu, en autres conséquences, la décision du gouvernement de suspendre les activités de la compagnie HEWA BORA en attendant les résultats de l’enquête. A l’issue de celle-ci, il avait été démontré que les conditions climatiques seules avaient concouru à la survenue de ce malheureux  et tragique accident. C’est ainsi que la compagnie HEWA BORA  était autorisée à reprendre ses activités.

Ayant connu une forte restructuration interne et refondu totalement son actionnariat, cette société aérienne a du changer de label pour devenir FlyCongo. Sa gestion a été confiée à un nouveau Manager en la personne de Jean – Marc PAJOT. A son entrée  en fonctions, ce grand connaisseur du transport aérien avait promis d’assumer tout le passif de l’ex-HEWA BORA, notamment l’indemnisation des victimes du tragique accident de Kisangani. Pour ce faire, il  a dû se mettre en contact avec CHARLES TAYLOR ADJUSTING AVIATION, l’assureur de la compagnie, qui est basé à Londres, en Angleterre.

Ce dernier, après avoir travaillé sans désemparer avec le service juridique de FlyCongo (Ex-HEWA BORA) et les instances judiciaires de notre pays, se sont mis d’accord sur les modalités et procédures d’indemnisation des victimes ou de leurs familles.

Ainsi, il a été convenu que seul un liquidateur désigné  par la famille  de chaque victime et dûment attesté par la justice soit compétent pour le suivi du dossier auprès de l’assureur. Par conséquent, pour obtenir l’indemnisation, le dossier devait être déclaré éligible à Londres auprès de l’Assureur CHARLLES TAYLOR ADJUSTING AVIATION.

Certaines personnes ayant voyagé avec des billets qui n’étaient pas établis en leurs noms ont sérieusement compliqué les dossiers. Ce manquement a rendu très difficile l’identification des victimes et, partant, compliqué la tâche de l’avocat de l’Assureur.

Certains dossiers n’ont pu être traités soit par insuffisance d’éléments, soit pour non conformité à la police d’abonnement souscrite par HEWA BORA à l’époque, soit encore pour dépôt tardif auprès de l’Assureur. Il y a lieu de signaler en effet qu’un délai de 2 ans est requis à partir de la survenue du sinistre, pour introduire un dossier d’indemnisation.

D’où, au bout du compte, seuls 58 dossiers ont été déclarés éligibles à l’indemnisation. A cet effet, 53 dossiers ont déjà fait l’objet d’indemnisation, ce qui représente un montant global de plus de 5.000.000 USD déjà libéré par l’assureur de la société flyCongo, héritière de Hewa Bora.

A ce jour, 5 dossiers déclarés éligibles restent à indemniser. Certains autres se trouvent encore sous examen à Londres, auprès de l’assureur, en attente d’être ouverts et renvoyés à Kinshasa.

Notons que les premières victimes à être indemnisées l’ont été depuis mai 2012. Comme quoi Jean – Marc Pajot a tenu parole. Ainsi donc, après avoir fait couler beaucoup d’encre et de salive, le dossier de l’indemnisation des victimes du crash du 08 juillet 2011 à l’aéroport de Bangoka est en train d’être bouclé lentement mais sûrement. L’acte posé par la haute direction de flyCongo constitue un cinglant démenti à toute la campagne de diabolisation orchestrée en son temps contre la société Hewa Bora, accusée à tort de se livrer au transport aérien des personnes et des biens sans la moindre police d’assurance.                                                                 Kimp

Leave a Reply