Coup de théâtre au MLC : la fédération du Katanga dénonce les concertations nationales

Logo-MLC2Tant que les deux protagonistes principaux, à savoir Joseph KABILA et Etienne TSHISEKEDI, ne se parleront pas, tout ce qui s’est passé lors de ces fameuses concertations nationales n’est que du bla bla. Pour  Janvier TSHOVO, l’un des membres influents de la fédération du MLC au Katanga, l’absence de cohésion nationale résulte des élections du 28 novembre 2011 considérées par tous les observateurs comme un scandale du siècle. Aucune solution à ce sujet ne peut être envisagée sans un dialogue franc et sincère entre Joseph KABILA et Etienne TSHISEKEDI. Au cours de la conférence de presse tenue hier à Gombe et qui fait suite à celle tenue le samedi à Lubumbashi, M. Janvier TSHOVO a tapé du poing sur la table en précisant « qu’il ne faut pas donner de mauvaises solutions à de vrais problèmes ».

Cette prise de position juste à la veille du Congrès et faite à Kinshasa où se trouve le siège du MLC pose problème. Tout d’abord, c’est un des membres les plus influents de la fédération du MLC de la province cuprifère qui s’exprime ainsi alors que son parti a occupé le haut du pavé tout au long de ces concertations avec son secrétaire général siégeant aux commandes de l’une des thématiques les plus sensibles, politiquement parlant. «Avant concertations est égal donc après concertations, car l’objectif leur assigné n’a pas été atteint. Ce forum n’a permis qu’à mettre côte à côte des acteurs de la majorité et certains compatriotes aux ailes de l’opposition», a indiqué Janvier TSHOVO.

Pour bon nombre d’observateurs, cette sortie médiatique n’est pas le fait du hasard. Est-ce un ras-le-bol qui couvait sous les cendres depuis que le MLC a été épinglé comme membre de la nouvelle majorité ? Peut-on s’attendre à d’autres surprises ? En tout cas, le ton est lancé et l’avenir tout proche nous fixera sur les manœuvres politiciennes qui se jouent dans les couloirs de ce parti et ses anciens alliés regroupés autour du cartel animé par l’UNC et tous ceux qui n’ont pas pris part à ces concertations nationales.

La situation politique de la province du Katanga a été le deuxième point au centre des débats animés par Janvier TSHOVO. Essentiellement au sujet du découpage de cette province en quatre parties, conformément à la Constitution de février 2006. Découpage, Oui a martelé Janvier TSHOVO, pour rapprocher les gouvernants des gouvernés. Mais pour le moment comme la cohésion nationale n’a pas été atteinte du fait que les deux questions principales, à savoir la problématique des élections de novembre 2011 et la fausse guerre de l’Est n’ont jamais été abordées tout au long de ces concertations nationales, la fédération du Katanga émet de réserves sérieuses car certains acteurs politiques du Katanga voudraient se servir de ce découpage pour leurs propres intérêts personnels et non ceux des habitants de cette province. Pour lui, certains membres très influents de la famille politique proche de Joseph KABILA voudraient se partager les postes et autres avantages au détriment des populations de la province. C’est le cas d’un député national qui est déjà en campagne pour devenir gouverneur de l’une des nouvelles provinces, probablement le Tanganyika, a indiqué Janvier TSHOVO, en se réservant momentanément de citer son nom. N’est-il pas au courant que le mandat de toutes les assemblées provinciales est déjà dépassé et par conséquent aucune élection du gouverneur ne peut être organisée?

Pour le moment, a souligné l’orateur, « la gestion exécutive de la province du Katanga est toujours mal faite, car les acteurs publics sont en déphasage des attentes de notre population ».  «On continue à donner de fausses solutions aux vrais problèmes», a-t-il rappelé, alors que le Katanga a besoin du travail et non des loisirs, il a besoin de la nourriture, du bon logement, d’une bonne éducation, de l’accès facile aux soins de santé, de l’eau potable et saine et non des investissements de luxe qui ne lui profitent pas».

F.M.

Leave a Reply