Cotisations pour les FARDC au front à l’Est : les députés évitent d’aborder les points qui fâchent

FARDC-Alexandre-Lubal-TamuLa plénière d’hier à l’Assemblée Nationale a étonné plus d’un observateur autant par les échanges que par ce qui a apparu comme une résolution. Notamment le recours à des cotisations tirées sur les émoluments des députés pour voler au secours des éléments des FARDC pour les féliciter de leur brillante victoire sur les troupes du M23. De prime abord, cette prise de position pourrait passer sans problème, mais c’est lorsqu’on y réfléchit un peu que l’on se rend compte que les honorables députés ont perdu de vue qu’il s’agit de l’armée nationale congolaise pour laquelle il y a urgence de prendre des mesures adéquates et sérieuses dans le cadre de la politique de réforme générale que tous les Congolais attendent ardemment pour que le pays puisse se doter d’une armée bien entrainée, forte, dissuasive, nationale et républicaine. Un vœu derrière lequel courent les Congolais depuis la Conférence Nationale Souveraine jusqu’aux négociations politiques inter congolaises de Sun City.

 

Mais quelle mouche a donc piqué nos députés pour opter en faveur des cotisations au niveau de leurs émoluments qui ne pourront générer tout au plus qu’un demi-million des dollars Us? Une somme tellement modique et insignifiante, car ne pouvant régler aucun problème sérieux même pour les éléments des FARDC au front dans les localités du territoire de Rutshuru.

 

L’autorité budgétaire….. 

            Dieu merci ! A l’issue des débats, il y a eu quand même deux camps. L’un prenant fait et cause pour cette cotisation. Tandis que d’autres se trouvent autour de l’honorable OKUNDJI, jeune frère de l’indécrottable Joseph OLENGHANKOYI, qui a été le premier à faire remarquer le caractère léger, fantaisiste et sectaire de cette proposition du fait qu’au vu de la gravité de la situation de guerre permanente dans les territoires du Sud et Nord Kivu depuis plus de vingt ans, la Chambre Basse aurait été mieux inspirée de réfléchir sur une véritable politique générale de la réforme de la grande muette. En programmant un budget costaud et conséquent en faveur de l’armée nationale pour les années prochaines. Sans oublier de relancer des négociations avec les Etats amis pour obtenir des accords bilatéraux et multilatéraux de coopération militaire. Essentiellement pour la formation des officiers dans les meilleures académies militaires de l’Occident, d’Amérique et d’Asie ainsi que les travaux de réfection des camps militaires et surtout des centres de formation des éléments de l’armée dans tous ses compartiments.

Si c’était le gouverneur de la Ville de Kinshasa qui s’exprimait ainsi, a ironisé un député de la majorité, cela irait de soi, car il prenait position par rapport aux éléments des FARDC se trouvant dans sa propre circonscription politico-administrative. Or, parler des FARDC se trouvant en opérations militaires à l’Est, c’est engager toute l’armée nationale, a souligné l’élu de Lubefu au Kasaï Oriental.

Il est étonnant que des députés n’aient pas à l’esprit qu’ils représentent l’autorité budgétaire. Sous d’autres cieux, c’est l’assemblée nationale qui donne mandat au chef de l’Etat pour déclarer la guerre et obtenir des moyens conséquents. Ce sont toujours eux qui sont habilités à autoriser le gouvernement à négocier des emprunts obligataires sur les places financières internationales en vue de subvenir à des situations difficiles de nature à sauver la nation d’un quelconque péril. Or, l’état actuel de la nation menacée dans sa souveraineté et son intégrité territoriale ne mérite pas un tel traitement de la part de ses élus.

 

Injure grave au peuple congolais

            C’est une injure gravissime à la mémoire de tous ceux qui payé de leur vie depuis plus de vingt ans à cause de ces guerres répétitives et injustes. C’est une injure gravissime pour tous les orphelins dont les parents ont payé de leur sang pour défendre la nation en péril. C’est une injure gravissime pour tout le pays qui est pénalisé dans tous ses programmes de développement à la suite de ces guerres répétitives et injustes nous imposées par les régimes sanguinaires au pouvoir dans les deux Etats voisins de l’Est. C’est une injure gravissime pour tous ceux qui ont choisi la RDC comme leur seconde patrie et qui ont perdu l’essentiel de leurs investissements ou qui ne peuvent plus investir. C’est une injure gravissime pour toutes ces femmes violées régulièrement en présence de leurs parents ou prises comme esclaves sexuels par des éléments de ces rébellions fabriquées.

 

Souvenir honteux des cotisations

            Bien avant la participation du Congo à la finale de la Coupe du Monde de football en 1974 à Munich en Allemagne Fédérale, les autorités politiques du pays avaient recouru à des cotisations populaires pour financer l’équipe nationale des Léopards. Des agents patentés avaient sillonné les territoires et localités du pays pour récolter des fonds jusqu’aux simples paysans. Ces cotisations furent détournées au profit de ces collecteurs et leurs complices tapis dans l’ombre des chefs-lieux des provinces et même au niveau de la capitale. Les mauvaises langues renseignent que les scores ridicules récoltés par les Léopards sont dus au mauvais sort leur infligé par les mânes des ancêtres. D’autant que le pouvoir politique de cette époque disposait des ressources financières suffisantes pour subvenir aux besoins de l’équipe nationale de football. Il en a été de même des autres cotisations prélevées auprès des populations pour soit disant subvenir aux besoins de la guerre du Shaba en 1977 et prélevées sur des prix des denrées alimentaires et du carburant lors de la guerre contre le RCD. Comme quoi, les députés se sont trompé de cible ou évitent de toucher aux points qui fâchent au sujet de cette guerre, notamment ses causes proches et lointaines.                            F.M.   

Leave a Reply