Coopération RDC-UNFPA : le gouvernement promet une collaboration fructueuse

A l’occasion de la clôture de l’atelier organisé du 18 au 20 janvier 2012, consécutive à la revue du 3ème programme de coopération RDC-UNFPA, le représentant de VITAL KABUIKU, ministre provincial de la Santé, actions sociales et affaires humanitaires, a affirmé la disponibilité du gouvernement à accompagner efficacement la mise en œuvre du plan de travail annuel 2012, le vendredi dernier, à l’ hôtel LUNTUS dans la commune de la Gombe.
A cet effet, l’atelier a regroupé tous les acteurs en matière de santé, de la reproduction, du genre et de la population des neufs zones de santé couvertes par le bureau décentralisé de Kinshasa (UNFPA) dans les provinces du Bandundu, du Bas-Congo, et celle de Kinshasa.
Ainsi, ces assisses organisées en plusieurs groupes de travail entre l’unfpa et ses partenaires, ont porté sur l’ appréciation de l’ état de mise en œuvre du PTA 2011 dans les trois provinces ; l’ identification des points forts et faibles de la mise en œuvre des PTA au niveau des trois provinces ; l’ analyse et la validation des priorités 2012 dans les trois provinces ; l’ élaboration de l’ ébauche du PTA 2012 ; enfin la préparation des fiches techniques des activités du PTA 2012.

Cependant, ayant relevé des faiblesses dans le PTA du 3ème programme de coopération, les participants ont dégagé 11observations ou constats négatifs qu’ils ont coulés sous forme de recommandations à l’intention des partenaires ; à savoir :

1. Partager le canevas de présentation avec les partenaires avant la tenue de la réunion ; la présentation du bilan des activités réalisées en rapport avec les indicateurs retenus dans le PTA.

2. Prévoir dans le PTA des activités en rapport avec aussi bien la demande que l’offre des services.

3. L’harmonisation et la validation des données dans un cadre de concertation au niveau provincial.

4. L’implication des toutes les coordinations en cas de révision du PTA.

5. Le rapprochement vers le PNMLS pour recueillir les données de couvertures provinciales sur le VIH/sida.

6. Impliquer la coordination nationale PNSR en vue d’assurer son leadership.

7. Capitaliser toutes les actions relevant de la coordination pour assurer un meilleur suivi des activités ; la mise en place des plates-formes soins de santé maternel au niveau provincial.

8. Relever la bonne pratique de partenariat entre le gouvernement provincial du Bas-Congo et l’unfpa au niveau de l’hôpital de Matadi.

9. Le renforcement des capacités de prestataires ; reproduire des supports éducatifs ; organiser le plaidoyer auprès des leaders des confessions religieuses ; prévoir des activités sur le renforcement des activités féminines en milieu rural.

10. disponibiliser le logiciel Channel et/ou l’outil informatique après avoir formé le personnel. Etc.

Ainsi, a en croire le docteur SHAMWOL, coordonateur du programme, les enrichissements et observations portés sur le PTA 2011, devront permettre au plan de travail annuel (PTA) 2012 d’augmenter le progrès à accomplir vers l’atteinte du 5ème objectif du millénaire pour le développement axée sur la santé maternelle.

En outre, il a exhorté les différents acteurs à finaliser dans le plus bref délai le plan de travail annuel 2012, afin d’entamer le processus de déblocage des fonds au mois de février. Aussi, il les a invités à commencer l’élaboration des fiches techniques, en soulignant que le bureau décentralisé de Kinshasa (unfpa) a l’obligation de regrouper les partenaires de mise en œuvre selon la thématique et la compétence technique, en prévision de l’ audit qui est un exercice mandatoire pour tous les agences du système des Nations Unies concernant l’affectation des ressources financières.

Par ailleurs, il faudrait signaler que l’harmonisation des données provisoires de l’ébauche du PTA 2012, sera élargie aux coordonateurs des confessions religieuses, car la sensibilisation dans le cadre du genre et de la population est une action intersectorielle.

EDDY SIMBUNGU (CP)

Leave a Reply