Coopération militaire Rdc-Africom : environ 3000 malades soignés

« Le militaire vient de prouver qu’il peut tenir une arme pour faire battre en retraite l’ennemi et un stéthoscope pour soigner la population. C’est une avancée significative à capitaliser dans la modernisation des Fardc. Modernisation à laquelle le Chef de l’Etat, Joseph Kabila accorde une importance capitale ». C’est en ces termes que Marie-Ange Lukiana, ministre du Genre, Famille et Enfant, s’est exprimée vendredi 17 septembre en la salle des conférences du Centre supérieur militaire. Elle clôturait ainsi la manœuvre militaire baptisée «Medflag 10».

            Représentante du ministre de la Défense nationale et Anciens combattants, en mission officielle aux côtés du Chef de l’Etat, Lukiana a, en outre, souligné que la manœuvre vient signer une page d’or en RDCongo, en remplissant pleinement ses objectifs, à travers le service des Fardc et l’Unité médicale d’intervention rapide (UMIR), prêts à intervenir dans l’assistance médicale en faveur de la population.

            Le colonel Gilbert Kabanda, médecin directeur général du service de santé des Fardc a, pour sa part, retenu que le double exercice, dont les soins médicaux administrés à 2035 malades et une simulation de catastrophe pour accident de trafic routier avec des blessés, a donné à l’opinion une image suffisante de la capacité des Fardc à donner des soins efficaces et intervenir rapidement durant les combats et les catastrophes.

            Commandant de l’armée américaine en Afrique, le Général Major Hogg a estimé que la manœuvre 10 a rempli ses objectifs. Notamment celui de renforcer les capacités médicales, d’élever le niveau de la promptitude médicale, de développer la procédure à suivre pour secourir la population. Enfin, développer un partenariat durable et fort pour les deux armées désormais sœurs.

            Officier de combat, il dit avoir apprécié ce que les militaires ont pu faire aussi bien en temps de paix qu’en temps de guerre.

            Le chargé d’affaires a.i. de l’ambassade des Etats-Unis à Kinshasa s’est attardé plus sur le témoignage donnés par des malades, avant d’expliquer que ce programme a permis aux uns et autres d’échanger des techniques médicales.

            Bien avant la clôture de la manœuvre, l’Unité médicale des Fardc a démontré jeudi 16 septembre, au camp Kokolo, comment réagir en cas de catastrophe.        

Sylvestre Saïdi Nyota

 

Leave a Reply