Coopération douanière : la RDC et l’Angola en voie de conclure un Accord d’assistance mutuelle administrative

climat des affairesLe staff dirigeant de la DGDA (Direction générale des douanes et accises) affiche sa détermination à assouplir les conditions relatives à la circulation des marchandises en vue de la facilitation du commerce transfrontalier et de l’amélioration du climat des affaires en République démocratique du Congo. Cette volonté s’observe à travers plusieurs accords de coopération que la Haute direction de la douane nationale ne cesse de conclure avec les différents pays africains. Il en est de même pour ce qui est des protocoles d’accord avec les services publics en interne. Objectif : maximiser des recettes dues au trésor public, tout en se ralliant aux normes internationales en matière de dédouanement conformément à la recommandation de l’Organisation Mondiale des Douanes, OMD.

            Concernant la réunion mixte des deux administrations douanières, dont les travaux ont été ouverts hier lundi 5 mai au centre d’événements Roméo Golf, deux communications ont été prononcées en marge de la cérémonie. A savoir : le discours du Directeur général de la douane congolaise Deo Rugwiza Magera et celui du Directeur général adjoint de la douane angolaise Mme Maria da Conceicao dos Santos Matos.

            Dans son intervention, le numéro un de la douane congolaise a fait savoir que la visite de travail de la délégation de l’administration douanière angolaise à Kinshasa se veut en fait la réponse à celles effectuées à deux reprises par la douane congolaise à Luanda. La première a été effectuée en 2008 par lui-même le Directeur général de la DGDA, et la seconde intervenue l’année passée était effectuée par le Directeur général adjoint en charge des questions administratives et financières.

« Votre visite à l’administration douanière congolaise intervient après celles qui ont été effectuées à Luanda en Angola par deux délégations congolaises respectivement en 2008 et en 2013. En 2008, la délégation congolaise a été conduite par moi-même. Plus récemment, soit du 13 au 17 mai 2013, c’est le Directeur général adjoint chargé de l’administration et des finances qui a conduit la deuxième délégation ».

Des recommandations ont été adoptées par les deux parties à l’issue des travaux. Il s’agit de :

- Accélérer les processus d’approbation du mémorandum d’entente en matière douanière ;

- Echanger des informations et des renseignements à travers des points focaux ;

- Renforcer la collaboration entre les services douaniers des deux pays au niveau des postes frontaliers ;

- Assurer la connectivité des systèmes informatiques des deux administrations douanières en vue d’un échange efficace d’informations ;

- Elaborer, dans un délai ne dépassant pas 30 jours, un plan d’actions pour l’application des recommandations ainsi adoptées.

            L’objectif de toutes ces réunions n’était autre que la recherche des voies et moyens en vue de conclure un Accord d’Assistance Mutuelle Administrative, AAMA.

En fait, ça fait six ans depuis que les deux administrations douanières s’activent pour ce faire.

            « C’est donc depuis six ans déjà que nos administrations douanière entretiennent des relations de manière informelle. Aujourd’hui, il est question de les formaliser par la signature d’un instrument juridique consacrant notre volonté commune de coopération. Cet instrument, c’est l’Accord d’Assistance Mutuelle Administrative (AAMA) en matière douanière, tel que recommandé par l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD) conformément à la Convention de Johannesburg signée en 2003 en vue de prévenir, de lutter et de réprimer la fraude sous toutes ses formes ».

Selon Deo Rugwiza, la signature de cet accord permettra de relever quelques défis qui s’observent dans l’environnement du trafic aux différents postes frontaliers entre la République démocratique du Congo et la République d’Angola.

            Ainsi, estime-t-il, la présente visite à Kinshasa de la délégation angolaise constitue une occasion propice pour accélérer la mise en œuvre des recommandations formulées à la dernière réunion de Luanda entre la douane angolaise et la délégation de l’administration douanière congolaise.

            Par ailleurs, le Directeur général de la douane congolaise a dévoilé le programme de la visite de la délégation angolaise en République démocratique du Congo. Pendant en terres congolaises, la délégation douanière angolaise visitera le poste douanier de Kinshasa Aéroport, puis descendra dans la province du Bas-Congo pour où elle se rendra tour à tour dans les bureaux douaniers de Lufu et de Boma. L’issue de cette visite facilitera la mise en œuvre des instruments relatifs au système de gestion de risques.

            « …le programme de la mission angolaise en République démocratique du Congo prévoit une visite du poste douanier de l’Aéroport international de Ndjili à Kinshasa, ainsi que celle des bureaux de Lufu et de Boma en province du Bas-Congo, frontalière de l’Angola qui sont des lieux importants du trafic des marchandises entre nos deux pays.

            L’état des lieux qui sera fait après la visite de ces sites facilitera une mise en œuvre des instruments efficaces de notre système de gestion des risques et par conséquent une plus grande sécurisation de la chaîne logistique internationale ».

A son tour, saluant l’accueil dont sa délégation a bénéficié de la part de leurs homologues congolais, le Directeur général adjoint du Service National des douanes a souligné que le processus de coopération entre les deux administrations douanières est très avancé.

            Toutefois, elle a reconnu que les deux législations douanières ont des choses à harmoniser avant d’en arriver à la signature de l’accord qui est au centre des présentes assises.

            En outre, Mme Maria da Conceicao dos Santos Matos a fait savoir qu’il y a déjà un processus ayant fait le consensus entre les parties. Avant de souhaiter qu’un protocole qui résultera des concertations soit signé en Angola, parce que l’initiative était partie de ce pays.

Dom

Leave a Reply