Constitution : l’avertissement des évêques catholiques

Après la mise en garde faite dans une déclaration solennelle en juin dernier, les princes de l’Eglise catholique de la République Démocratique du Congo sont revenus à la charge. Cette fois-ci pour confirmer, dans des termes clairs et sans ambigüité, leur opposition farouche à toute démarche visant la modification ou le changement de la Constitution. Ils l’ont exprimé dans une lettre adressée aux fidèles congolais, à partir de Rome où ils se trouvent.

         Par la même occasion, les Evêques suspendent leur participation au CIME (Comité d’intégrité et de médiation électorales).

C’est la quintessence du message  délivré hier mardi 16 septembre par le Secrétaire général adjoint de la Cenco l’Abbé Nshole, lors de la conférence de presse qu’il a animée au Centre interdiocésain de Kinshasa. 

Pour justifier son retrait de ce comité mis en place il y a quelques semaines, la Cenco déclare que : «  en lien avec ces directives et sans récuser notre collaboration avec nos frères  d’autres confessions  religieuses, nous suspendons notre participation   au Comité d’intégrité et de médiation électorale « CIME ». Toutefois, indique la Cenco,  nous restons en communion de prière avec eux et par notre commission « justice et paix », nous apporterons notre contribution pour la réussite du processus électoral dans le respect de la constitution ».

En clair, l’Abbé Nshole a fait savoir qu’après avoir pris connaissance de nouvelles donnes  sur l’exploitation de ce comité, la Cenco s’est rendue compte que ce dernier risque de l’amener sur un chemin glissant et dangereux. Voici pourquoi, au lieu d’attendre, tous les princes de l’église en visite  à  Rome auprès du Saint Père, le Pape François,  ont pris la courageuse résolution de ne plus faire partie de cette organisation, a-t-il renseigné.  

         Quant à la  révision de la constitution envisagée par la majorité au pouvoir, les Evêques catholiques de la République Démocratique du Congo ont  réitéré leur position maintes fois exprimée en affirmant haut et fort que « l’avenir du pays résidait dans le respect de la Constitution du 18 février 2006 », et non dans sa modification.  A cet effet, les évêques disent clairement que : «  nous réaffirmons ainsi notre opposition à toute modification de l’article 220, article verrouillé de notre    constitution ». Cet article stipule notamment que «  la forme républicaine de l’Etat, le principe du suffrage universel, la forme représentative du gouvernement, le nombre et la durée des mandats du président de la République, l’indépendance du pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle ».  Selon  la lecture de la Cenco, cette disposition constitutionnelle  avait été voulue ainsi par le constituant  pour échapper à cette modification,  du fait que cet article pose les bases de la stabilité du pays et l’équilibre des pouvoirs dans les institutions après plusieurs années d’instabilité et de guerres.  Loin d’ignorer que toute constitution demeure modifiable, modifier  l’article 220 pense la Cenco, serait un recul démocratique qui mettrait sérieusement en péril l’avenir du pays.  Ainsi,  au regard des raisons sus-évoquées,  les évêques formulent le vœu que tous les hommes  et femmes épris de paix éviteront d’engager la nation sur ce chemin sans issue.

         Et comme une ligne rouge à ne pas franchir par  les révisionnistes de tous poils, la Cenco a  instruit tous les curés et catéchistes sur l’ensemble du pays de lire à l’intention de tous les fidèles son message intitulé « Protégeons notre nation » et de sensibiliser les chrétiens dans les CEVB, les mouvements d’action catholique et les groupes à charisme propre afin qu’ils s’engagent à protéger la nation contre toute tentative de modification de l’article 220.

         Enfin, dans la même logique de protéger la nation, les évêques de la Rd Congo  ont également prévu  un triduum de prière dans toutes les paroisses, communautés sacerdotales et religieuses du pays du 17 au 19 octobre prochain.    

                                                                                        VAN  

Lettre des évêques de la Cenco aux fidèles catholiques et aux hommes et femmes de bonne volonté de la Rd Congo

  1. Réunis à Rome à l’occasion de notre visite ad liminaaApostolorum, Nous, Cardinal, Archevêques et Evêques, membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo,

Saisissons cette occasion pour adresser aux fidèles catholiques, aux hommes et femmes de bonne volonté de notre pays, nos salutations chaleureuses et cordiales dans le Christ Notre Seigneur.

  1. De la Ville éternelle, nous avons fait monter vers le Seigneur une fervente prière pour qu’il bénisse notre Peuple, qu’il lui montre un visage bienveillant et plein de grâce et qu’il lui accorde la paix ! (cf. Nb 6, 24-26).
  2. Lors de nos rencontres avec le Saint-Père, le Pape François, nous avons partagé avec lui les joies et les espoirs, les peines et les souffrances du peuple de Dieu confié à notre sollicitude pastorale. Le Saint-Père nous a assurés de ses prières pour notre pays, ses dirigeants et son peuple. En outre, Il nous a réconfortés dans notre ministère pastoral à être « des hommes d’espérance pour notre peuple et à apporter notre contribution » pour l’avenir heureux de notre nation.
  3. Aux tombeaux des Apôtres, Pierre et Paul, qui ont témoigné du Christ jusqu’au martyre, nous avons renouvelé notre engagement d’être les témoins de la foi qu’ils nous ont transmise. Nous avons également confié au Seigneur l’avenir de notre pays.
  4. Pour nous, l’avenir heureux de la RDC Congo réside incontestablement dans le respect de la Constitution, Loi fondamentale et socle de notre jeune démocratie. C’est pourquoi, nous réitérons notre message du mois de juin dernier sur notre position, qui n’est plus un secret pour personne, concernant la révision constitutionnelle. Nous réaffirmons ainsi notre opposition à toute modification de l’article 220, article verrouillé de notre Constitution qui stipule que : « La forme républicaine de l’Etat, le principe du suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la République, l’indépendance du pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle ».
  5. En affirmant cela, la CENCO n’ignore pas que toute Constitution est modifiable, mais elle rappelle que l’Article 220 a été verrouillé par le Constituant lui-même, justement pour échapper à cette modification. Cet article pose les bases de la stabilité du pays et l’équilibre des pouvoirs dans les Institutions. Le modifier serait faire marche en arrière sur le chemin de la construction de notre démocratie et compromettre gravement l’avenir harmonieux de la Nation. Après toutes les guerres et tribulations connues en RD Congo, nous sommes persuadés que les citoyens et les hommes politiques qui aiment vraiment ce pays autant que nous tous, éviteront d’engager la Nation dans une voie sans issue.
  6. Au regard de cet enjeu de taille, la CENCO demande à tous les curés et catéchistes de lire à l’intention des fidèles, son message «Protégeons notre Nation» et de sensibiliser les chrétiens dans les CEVB, les Mouvements d’Action catholique, et les groupes à charisme propre, pour qu’ils s’engagent à protéger la Nation contre toute tentative de modification de l’article 220. On organisera également dans toutes les paroisses, communautés sacerdotales et religieuses, un Triduum de prière, (du 17 au 19 octobre, Journée de la Mission universelle), pour que Seigneur protège notre pays et son peuple.
  7. En lien avec ces directives et sans rien récuser de notre collaboration avec nos frères d’autres confessions religieuses, nous suspendons notre participation au Comité d’Intégrité et de Médiation électorale (CIME). Toutefois, nous restons en communion de prière avec eux et par notre Commission «Justice et Paix », nous apporterons notre contribution pour la réussite du processus électoral dans le respect de la Constitution.
  8. Qu’en cette année du cinquantième anniversaire du martyre de la Bienheureuse Marie Clémentine AnuariteNengapeta, de notre peuple qui a témoigné courageusement du Christ, confiants en l’amour maternel de la Vierge Marie, Notre Dame du Congo et Reine de l’espérance, de nombreux fils et filles de notre peuple se mobilisent pour protéger la Nation.

Il. De Rome, en communion avec le Saint Père et vous tous nos frères et sœurs, nous confions l’avenir de notre pays au Christ, qui par sa croix glorieuse, a sauvé toute l’humanité « Donnée à Rome, le 14 septembre 2014

            En la Fête de l’Exaltation de la Croix glorieuse

  1. S.E. Mgr Djomo Nicolas,

Evêque de Tshumbe, Président de la CENCO

  1. S.E. Mgr Banga Joseph, Evêque de Buta, Vice-Président de la CENCO
  2. S. Em. Laurent Cardinal Monsengwo, Archevêque de Kinshasa
  3. S.E. Mgr Kumuondala Joseph, Archevêque de Mbandaka-Bikoro
  4. S.E. Mgr Tafunga Jean-Pierre, Archevêque de Lubumbashi
  5. S.E. Mgr Utembi Marcel, Archevêque de Kisangani, Administrateur Apostolique d’Isangi
  6. S.E. Mgr Madila Marcel, Archevêque de Kananga
  7. S.E Mgr Maroy François-Xavier, Archevêque de Bukavu
  8. S.E. Mgr Nkinga Louis, Archevêque de Lisala
  9. S.E. Mgr Maemba Ferdinand, Evêque de Lolo
  10. S.E. Mgr Mununu Edouard, Evêque de Kikwit
  11. S.E. Mgr Mulumba Gérard, Evêque de Mweka
  12. S.E. Ngoy Nestor, Evêque de Kolwezi
  13. S.E. Mgr Kalala Jean-Anatole, Evêque de Kamina
  14. S.E. Mgr Nkiere Philippe, Evêque d’Inongo
  15. S.E. Mgr Mokobe Joseph, Evêque de Basankusu
  16. S.E. Mgr Nsielele Fidèle, Evêque de Kisantu
  17. S.E. Mgr Masengo Valentin, Evêque de Kabinda
  18. S.E. Mgr Kaboy Théophile, Evêque de Goma
  19. S.E. Mgr Nzala Louis, Evêque de Popokabaka
  20. S.E. Mgr Kataka Janvier, Evêque de Wamba
  21. S.E. Mgr Mbuka Cyprien, Evêque de Boma
  22. S.E. Mgr Mudiso Gaspard, Evêque de Kenge
  23. E.S. Mgr Kasanda Bernard, Evêque de MbujiMayi
  24. S.E. Mgr Sikuli Melchisédech, Evêque de Butembo
  25. S.E. Mgr Nlandu Daniel, Evêque de Matadi
  26. S.E. Mgr Bulamatari Dominique, Evêque de Molegbe
  27. S.E. Mgr Andayo Julien, Evêque d’Isiro-Niangara
  28. S.E. Mgr Ruvezi Gaston, Evêque de Sankuru-Kipushi
  29. S.E. Mgr Ambongo Fridolin, Evêque de Bokungu-Ikela, Administrateur Apostolique de Kole
  30. S.E. Mgr Kwanga Vincent de Paul, Evêque de Manono
  31. S.E. Mgr Uringi Dieudonné, Evêque de Manono
  32. S.E. Mgr Muteba Fulgence, Evêque de Kilwa-Kasenga
  33. S.E. Mgr Tshitoko Pierre-Célestin, Evêque de Luebo
  34. S.E. Mgr Tembo Philibert, Evêque de Budjala
  35. S.E. Mgr Evêque Ngoy Oscar, Evêque de Kongolo et Administrateur Apostolique de Kalemie-Kirunga
  36. S.E. MgrNgumbi Willy, Evêque de Kindu
  37. S.E. Mgr Ung’Eyowun Etienne, Evêque de Bondo
  38. S.E. Mgr Moko José, Evêque d’Idiofa
  39. S.E. Mgr Ayikuli Sosthène, Evêque de Mahagi -Nioka
  40. S.E. Mgr Myengo Sébastien, Evêque d’Uvira
  41. S.E. Mgr Mwanama Félicien, Evêque de Luiza
  42. S.E. Mgr Lubamba Placide, Evêque de Kasongo
  43. S.E. Mgr Kisonga Edouard, Evêque de Kinshasa
  44. S.E. Bodika Timothée, Evêque Auxiliaire de Kinshasa

Leave a Reply