Condamnation de Thomas Lubanga à 14 ans de prison par la CPI : un signal fort en direction des seigneurs de guerre en RDC

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) prend acte de la condamnation mardi 10 juillet 2012 par la Cour pénale Internationale (CPI) à quatorze (14) ans de prison de monsieur Thomas LUBANGA
DYILO, fondateur et responsable militaire de l’Union des patriotes congolais (UPC), reconnu coupable entre autres, d’avoir enrôlé des enfants de moins de 15 ans en lturi, Province Orientale, en RDCongo entre 2002 et 2003, lors des conflits armés interethniques entre les Hema et Lendu.

 Le prononcé de cette condamnation intervient après la détention préventive de M. Thomas LUBANGA depuis 2006, après six années de procédure d’une haute portée en matière des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire en général et des droits spécifiques tels que ceux de l’enfant en particulier.
 Pour rappel, il convient de signaler que l’accusation avait requis trente (30) ans de prison contre Thomas LUBANGA Dyilo, mais les juges ont reconnu à ce dernier une circonstance atténuante pour sa coopération constante avec la cour tout au long de la procédure engagée à sa charge. Cependant, tout en saluant cette condamnation de M. Thomas LUBANGA par la CPI, bien que la peine soit en deçà des attentes des ONG des droits de I’homme et plus particulièrement les familles des victimes, la VSV dénonce avec véhémence la persistance de la politique de deux poids deux mesures de la part des autorités rdcongolaises qui ont favorisé et laissé beaucoup de temps à un autre chef de guerre sous prétexte d’impératifs de paix.
Il s’agit de monsieur Bosco Ntaganda, actuellement soutenu par le Rwanda et sème la mort et la désolation à l’Est en lieu et place de la paix pour laquelle il a bénéficié sans impact positif à long terme.


 De même, ladite condamnation ne demeure pas moins un signal fort à l’endroit d’autres chefs de guerre et autres auteurs des crimes internationaux jouissant encore de l’impunité totale et devraient savoir que tôt ou tard, ils finiront par être rattrapés par la justice internationale.
 Sur un autre volet, la VSV exhorte la CPI, à diligenter des enquêtes aux fins des poursuites contre toutes les personnes impliquées ayant financé, soutenu et fourni armes et munitions à M. Thomas Lubanga Dyilo dans la perpétration des crimes internationaux en RDCongo, profondément et continuellement victime de ta barbarie humaine.
 Sur un autre registre, la VSV demeure préoccupée et demande à la CPI de veiller à la réhabilitation des victimes par la réparation pour tous les préjudices subis, conformément aux dispositions de I’article 75 du Statut de Rome.
 Somme toute, la VSV exhorte le gouvernement congolais à coopérer pleinement et effectivement avec la CPI dans le cadre de la lutte contre l’impunité et en vue de décourager la commission des crimes internationaux dans l’avenir sur le territoire de la RDcongo.


Fait à Kinshasa, le 10 juillet 2012
La Voix des Sans Voix pour les droits de l’Homme (VSV)

Leave a Reply