Concertations nationales : Minaku coupe la poire en deux

     22b5b3b0334d4500edf03be1a111fda9_XL    Suite à l’ordonnance présidentielle convoquant les concertations nationales, deux courants de l’opposition d’obédience kengiste et Kamerhiste s’étaient réunis en conclave pour définir la position à tenir face à l’initiative de Joseph Kabila.

         Dans leur déclaration commune, ces forces politiques de l’opposition ont dénié au président de la République la légitimité et la légalité de convoquer des concertations nationales.

         Se référant aux prescrits de l’accord cadre d’Addis-Abeba, et à la Résolution 2098 des Nations Unies, elles ont dénoncé la confiscation par le chef de l’Etat des prérogatives dévolues au représentant spécial des Nations Unies, madame Mary Robinson, à défaut du représentant spécial du secrétaire General des Nations Unies avec l’accompagnement d’un sage africain, en l’occurrence, Denis Sassou Nguesso de la République du Congo voisin.

En réaction  à cette déclaration de l’opposition, les sociétaire de la majorité ont accusé leurs adversaires politiques de faire monter les enchères qui frisent le boycot des concertations nationales.

         Ils ont déploré le fait que l’opposition réunie à Limete fait, selon eux, une lecture biaisée de l’accord cadre et de la résolution 2098 des Nations Unies.

         Face à ces deux tendances diamétralement opposées le speaker de l’Assemblée nationale, s’est montré conciliant.

Revenu sur la terre de ses ancêtres le dimanche 14 juillet dans la soirée,  après un court séjour à Paris où il a participé aux travaux de la 39ème sommet de la francophonie, en sa qualité de co-président des concertations nationales conformément à l’ordonnance présidentielle, Minaku a  dans un point de presse improvisé à l’Aéroport international de Ndjili, coupé la poire en deux.

         Le président de l’Assemblée Nationale a estimé que pour une ordonnance de si grande portée politique ,il est tout a fait normal que l’opposition puisse émettre son point de vue, de même que la majorité et la société civile.

         Il a demandé à chaque partie de mettre de l’eau dans son vin, afin  de raviver la flamme républicaine pour   que les concertations nationales  se tiennent à court terme pour le bien du peuple congolais  qui appelle ce palabre national de tous ses vœux.

         Minaku   s’est montré rassurant en promettant de lire attentivement les appréhensions de l’opposition avec son collègue du Sénat.

Concernant la demande formulée par l’opposition invitant le chef de l’Etat à revoir son ordonnance convoquant les concertations nationales, le président de la chambre basse a fait remarquer qu’il appartient  au chef de l’Etat  d’assumer ses prérogatives constitutionnelles.

         Toutefois le Secrétaire général de la Majorité a précisé que le règlement intérieur de ces concertations  peut connaître des modifications sur base des observations pertinentes de l’opposition et de la majorité.

ERIC WEMBA  

Leave a Reply