Concertations nationales : la CVD parle d’un gâchis

images (13)Tous les yeux sont rivés sur la salle de congrès du Palais du peuple où le président de la République, Joseph Kabila est attendu  ce mercredi 23 mars pour fixer la nation à travers les deux chambres du parlement  sur les résolutions des concertations nationales organisées du 7 au 28 septembre à Kinshasa.

 La Coalition  pour le Vrai Dialogue, une plate- forme avec l’UNC en tête regroupant des partis politiques, organisations, associations et personnalités qui ont refusé de participer  aux concertations, vient  de dresser à travers son coordonnateur, le secrétaire General de l’UNC, Jean Bertrand Ewanga, un bilan sombre des travaux de ce forum.

Au cours d’un point de presse animé le vendredi 18 septembre dans la salle de conférences de Fatima, Ewanga a fait remarquer que c’était un gâchis de plus, un rendez-vous manqué avec l’histoire, une vraie distraction nationale.

Il a affirmé que ces assises initiées en violation de la Constitution et des instruments juridiques internationaux n’ont pas conduit le pays à la fin de la guerre, ni à la cohésion nationale.

«Aujourd’hui, nous pouvons dire, sans risque d’être contredit, qu’après les concertations la situation est pire qu’avant,  parce que les négociations de Kampala qui avaient commencé plus tôt continuent indéfiniment», a-t-il martelé avant d’indiquer qu’avec les 697 recommandations issues de ces assises, les délégué aux concertations nationales ont eu le mérite de reconnaitre et de démontrer par leur constat, l’échec des gouvernements successifs caractérisés par  la mauvaise gouvernance.

Le coordonnateur de CVD note la reconfiguration du paysage politique congolais caractérisé par l’existence de deux familles politiques, à savoir la majorité requalifiée sous l’autorité du président Kabila et l’opposition composée des partis, organisations, associations et personnalités qui ont refusé les concertations  apparentées  d’après lui à un simple congrès de la mouvance présidentielle.

Pour le précité ces concertations ont été tout sauf un dialogue politique surtout que l’autorité morale de la majorité a dans son discours de clôture félicité les délégués aux concertations nationales  pour avoir observé à la lettre ses orientations.

Tirant les conséquences de ces concertations nationales, la CVD s’insurge énergiquement contre l’utopie d’une démocratie consensuelle telle que soutenue par les délégués aux concertations nationales et la mise en place d’un gouvernement dit de large ouverture qui est loin d’être un vecteur de cohésion nationale , encore moins une réponse aux attentes du peuple , mais plutôt un sibyllin raccourci pour permettre à Joseph Kabila de jouer aux prolongations à travers une transition de faite qui le maintiendrait au pouvoir au-delà de l’échéance constitutionnelle de son mandat.

ERIC WEMBA                                                                                                                                   

Leave a Reply