Concertation nationales : les 4 vérités de J.P. Bemba

mbembaLe président national du Mouvement de Libération du Congo(MLC), Jean-Pierre Bemba Gombo, a adressé un message solennel aux délégués de son parti aux Concertations nationales, ouvertes le samedi 7 septembre 2013 au Palais du peuple. Lu par le secrétaire général, Thomas Luhaka, le vendredi 6 septembre 2013 au siège du parti en présence de quelques cadres et militants, cette communication constitue une ligne directrice que les représentants de son parti doivent suivre durant les 15 jours de ce forum national. « La tenue de ces concertations nationales est une occasion pour le MLC de dire aux animateurs des institutions publiques toutes les vérités en face, avec comme témoin la Société civile ! », a-t-il martelé.

En effet, Jean-Pierre Bemba a, d’abord, chargé ses délégués de dire, au cours de ces travaux, au pouvoir en place que sur le plan de sécurité toutes ses politiques de réformes de l’armée et des services de sécurité ont échoué. Conséquence : la formation d’une armée républicaine, forte et dissuasive patine.           Les Officiers supérieurs, ajoute-t-il, doivent arrêter la pratique de ventes d’armes et des munitions, qui affaiblit l’efficacité des troupes combattantes. «Les auteurs de ces pratiques doivent être poursuivis et condamnés sévèrement», a-t-il préconisé.

Inquiet à propos de la sécurité des citoyens congolais, surtout ceux de l’Est, Jean-Pierre Bemba a déclaré qu’il est inadmissible que la question de viols de femmes et de mineures ne trouve pas de solution. Pour cela, seules de sanctions sévères et des peines incompressibles peuvent décourager tous ceux qui s’adonnent à cette pratique barbare.

Sur le plan de la gouvernance, le leader du MLC a appelé à la cessation de l’enrichissement illicite et sans cause, en bannissant courageusement l’impunité chronique qui le caractérise. «Comment pouvez-vous expliquer autrement qu’en très peu de temps, certains membres du pouvoir accumulent un patrimoine immobilier important sans commune mesure avec leurs revenus, alors que toute une vie de dur labeur ne pourrait suffire à un homme d’affaires honnêtes d’accumuler un tel patrimoine», s’est-il interrogé.

Pour lui, il faut fixer de manière rationnelle et cohérente des mécanismes susceptibles de stopper les injustices dans la distribution des richesses nationales ; arrêter courageusement la corruption et l’hémorragie des finances d’Etat ; protéger et promouvoir les droits humains et les libertés individuelles fondamentales des citoyens ; accorder la liberté aux prisonniers politiques ; etc.

Au sujet du processus électoral, il faut impérativement consolider le cycle électoral car « l’incapacité des gouvernants actuels d’achever les processus de 2006 et de 2011 pose un sérieux problème de déséquilibre des mandats, et in fine de légitimité de certaines institutions qui ont perdu l’onction populaire ».

Dans le même registre, Bemba demande aux représentants du MLC de plaider pour le nettoyage du fichier électoral, son accessibilité au public et l’exploitabilité de la cartographie des bureaux de vote, afin de garantir la crédibilité et la transparence des prochains scrutins. «…Il est inadmissible qu’à ce jour la Cour constitutionnelle chargée du contentieux électoral ne soit pas instituée, alors que la loi organique portant son organisation et son fonctionnement a été adoptée par le Parlement depuis longtemps ! » s’est-il étonné.

Enfin, s’agissant de la cohésion nationale et de la réconciliation, Bemba a averti que le Congo n’est pas la propriété privée de la Majorité au pouvoir, et l’Opposition à laquelle il appartient n’est pas locataire. «Le Congo est un patrimoine commun ! Nous avons tous le devoir de le transformer en une terre, où il fait bon vivre ! Chaque Congolais a droit de jouir du miel et du lait que le bon Dieu nous a donnés », a-t-il dit.

En guise de conclusion, le président du MLC a rappelé à ses délégués qu’ils vont aux concertations pour dénoncer tous les maux qui rongent notre République. « Mais aussi, vous devez faire des propositions alternatives et constructives telles que contenues dans notre cahier des charges, afin de démontrer au Peuple congolais que le MLC est véritablement une force d’alternance crédible pour les prochaines échéances ! », a-t-il conclu.

Tshieke Bukasa 

One Comment

  1. ce message est destiné à justifier la présence du MLC à ce congrès de l’AMP.
    Le MLC sait pertinemment bien que la majorité au pouvoir ne l’entendra pas. une perte de temps et d’énergie
    L’attitude intelligente à tenir reste de laisser l’AMP gouverner jusqu’en 2016. Toute participation au pouvoir est un changement de camp explicite. Le MLC ferait ainsi membre de l’AMP.

Leave a Reply