Comesa : les premières dames rappellent aux dirigeants africains leurs engagements

téléchargement (5) Les rideaux de la 7ème table ronde des conjoints des Chefs d’Etat et de gouvernement du Marché commun de l’Afrique orientale et australe(COMESA) sont tombés, hier jeudi 27 février 2014 à la Cité de l’Union Africaine. Ouverte parallèlement au 17ème Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de cette organisation supranationale, autour du même thème « Consolidons les échanges intra-COMESA en développant les micro, petites et moyennes entreprises(MPME) », cette rencontre a été présidée par Marie-Olive Lembe Kabila, présidente en exercice de 7ème édition. Y ont pris part la première dame de la République de Zambie, Docteur Christine Kaseba ; la ministre du Genre et présidente du conseil national des femmes et représentante de la première dame de la République arabe d’Egypte, Mervat Tallaway ; l’ambassadeur Nagla el Houssein, secrétaire générale adjointe du COMESA en charge de l’administration et des finances ; des membres du parlement et du gouvernement de la République démocratique du Congo ainsi que de la Société civile ; etc.

Dans leur communiqué final lu par Olive Lembe Kabila, les premières dames ont noté avec grande préoccupation la situation globale et l’impact dévastateur du VIH/sida sur les femmes et les filles comme l’avait exposé le Bureau régional de l’ONUSIDA. Tout en reconnaissant l’importance du rôle que jouent les PME dans l’élévation des niveaux des situations sociales et économiques des femmes et des familles des Etats membres du marché commun, ainsi que leur contribution à la création d’emplois et de richesses, les premières dames ont salué de manière particulière la création du Fonds PME du COMESA.

Estimant qu’il y a nécessité d’appuyer les programmes d’alphabétisation des femmes adultes et des jeunes filles, de promouvoir leur accès à l’éducation et à l’instruction, d’accroitre la sensibilisation sur l’importance de la planification familiale, les participantes ont appelé le secrétariat du COMESA à aider aussi les femmes en milieu rural.

Au sujet des questions liées à la santé, les premières dames ont rappelé les engagements pris les années antérieures par des dirigeants africains tels que l’affectation d’au moins 15% des dépenses publiques au secteur de la santé, l’adoption de la stratégie régionale de 2006 de l’OMS, l’UNICEF et la Banque mondiale sur la survie de l’enfant, etc. D’où leur invitation aux Etats membres de créer, notamment, un secteur de la santé concurrentiel et qualitatif grâce au renforcement des capacités et de favoriser les partenariats public-privé ; d’améliorer les services néonatals ; d’introduire les technologies de communications mobiles et de l’information ; d’allouer un pourcentage adéquat du budget de la santé aux programmes de santé maternelle et infantile, à l’achat de traitements antirétroviraux et d’autres produits essentiels ; etc.

Genre et violences basées sur le genre

            Cheval de bataille de la première dame de la RD Congo, les « violences basées sur le genre » ont été discutées au cours de cette table ronde. Les premières dames ont à cet effet exhorté les Etats membres du COMESA à adopter des mesures pour sévir efficacement la violence basée sur le genre, y compris les pratiques traditionnelles préjudiciant les femmes et les filles. «…A titre d’exemple, je citerai le mariage précoce et la mutilation génitale féminine en promouvant des pratiques culturelles bénéfiques aux femmes et jeunes filles… » a illustré Olive Marie Lembe Kabila.

Parallèlement, la porte-parole circonstancielle de cette table ronde, a exhorté les Etats membres à adopter des mesures humanitaires internationales et régionales qui interviennent pour la protection et l’autonomisation de la mère et de la femme enceinte, en particulier la Résolution des Nations Unies 1325. Sur ce, les conjoints des Chefs d’Etat et de gouvernement ont exhorté les Etats membres à poursuivre la promotion de l’égalité des genres comme une priorité, en intensifiant le plaidoyer en faveur de la participation des femmes à tous les niveaux.

Enfin, s’agissant du plaidoyer en faveur des PME, les premières dames ont encouragé les partenaires de coopération à continuer d’appuyer les programmes COMESA destinés à promouvoir l’entreprenariat féminin. Outre l’encouragement des Etats membres, elles ont aussi invité les femmes occupant les postes de direction à assumer leurs responsabilités liées à l’encadrement de leurs semblables en établissant des réseaux de promotion PME.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply