Climat des affaires : la DGDA et le CPCAI ont échangé sur les réformes réalisées

DGDA-modernisation-de-la-douane-congolaise_full_articleLa salle des réunions de la DGDA (Direction Générale des Douanes et Accises) a servi de cadre à la tenue d’un atelier d’information sur les réformes Doing Business, le rapport de la Banque Mondiale basé sur le climat des affaires et des investissements dans les différents Etats à travers le monde.

 Deux communications ont marqué la cérémonie d’ouverture des travaux. La présentation du programme de l’atelier par le Directeur général des Douanes et Accises, Deo Rugwiza Magera, et le discours de l’Expert en réformes du Comité de pilotage pour l’amélioration du climat des affaires et des investissements, Janvier Kiambu, représentant du Délégué Principal aux assises.

Après ces communications, quatre exposés ont été faits portant respectivement sur :

- Critères d’évaluation du Doing Business sur l’indicateur « Commerce transfrontalier », par un représentant du CPCAI (Comité de pilotage pour l’amélioration du climat des affaires et des investissements) ;

- Implémentation du Sydonia World, par le sous-Directeur Mbayo de la Dgda, chef du projet national Sydonia ;

- Consolidation des perceptions opérées à l’importation et à l’exportation par le Directeur Yengula de la Dgda, responsable des Huiles Minérales ;

- Impact de la révision des structures de prix sur les prix des produits de première nécessité, par le Directeur Ngoy de la Dgda en charge de la Valeur.

Puis, des échanges marqués par des questions et réponses s’en sont suivis entre les deux parties sur le processus des réformes menées par la République Démocratique du Congo en matière d’amélioration de l’environnement des affaires, ainsi que du niveau de leur application sur le terrain.

Dans son mot de circonstance, le Directeur général des douanes et accises a commencé par remercier le Comité de pilotage pour l’amélioration du climat des affaires et des investissements pour l’initiative.

A cet effet, Deo Rugwiza a fait remarquer que la Direction Générale des Douanes et Accises est effectivement concernée par l’amélioration du climat des affaires, particulièrement pour l’indicateur relatif au commerce transfrontalier où le nombre de documents, le délai et le coût des opérations d’importation et d’exportation des marchandises méritent d’être revisités.

Avant de préciser que depuis quelques années, la douane congolaise s’est engagée dans un vaste programme de réformes. Dans ce cadre, a-t-il poursuivi, des améliorations ont été apportées en termes de réduction du nombre de documents à remplir ou de procédures à accomplir, du délai d’attente, ainsi que du coût des opérations de dédouanement des marchandises.

            Ainsi, les réformes réalisées concernent notamment :

- La simplification et la facilitation des procédures à travers la révision du cadre légal ;

- L’informatisation des procédures douanières et la réduction du coût des opérations de dédouanement.

- Le programme informatique SYDONIA WORLD utilisé actuellement dans un certain nombre d’agences d’importation de la douane, en remplacement de Sydonia ++, en est l’illustration.

            On ne peut passer sous silence l’instauration il y a bien des années du guichet unique dans toutes les agences douanières à travers le territoire national.

            En outre, le Directeur général de la douane congolaise a assuré que des réformes réalisées ne se limitent pas seulement à la révision du cadre légal, mais concernent également la réduction du coût des marchandises importées, notamment des denrées de première nécessité. Une commission ad hoc a été instituée, à cet effet, par le gouvernement.

            A son tour, le représentant du Comité de pilotage pour l’amélioration du climat des affaires et des investissements a renvoyé l’ascenseur en remerciant la haute direction de la douane pour sa collaboration étroite avec le Cpcai tant à Kinshasa qu’à l’arrière-pays.

            Janvier Kiambu, Expert du Cpcai chargé des réformes, a rappelé les dix indicateurs sur lesquels la Banque Mondiale s’appuie pour élaborer son rapport dit Doing Business. Ils sont dix au total.

            Pour la République Démocratique du Congo, dans le domaine de la douane, il fallait remplir un total de neuf documents à l’importation des marchandises. Un processus qui prenait un délai de 63 jours, pour 3890 dollars américains de coût pour un conteneur (cfr le rapport de Doing Business du 1er juin 2012 au 30 mai 2013).

A l’exportation, il fallait 8 documents à remplir et 44 jours à passer en termes de délai, avec une facture de 3.155 dollars américains pour un conteneur.

            Selon le Cpcai, la République Démocratique du Congo occupait le top des pays mal vus dans l’exercice du commerce transfrontalier notamment pour ce qui est des procédures liées au dédouanement des marchandises.

            Toutefois, des efforts viennent d’être déployés en vue de l’amélioration de l’environnement des affaires. Avant de déclarer : «Les réformes sont bonnes, mais des efforts doivent être continus. On doit aller d’amélioration en amélioration pour rendre le pays attractif et propice à l’amélioration du climat des affaires et des investissements ».

Dom

Leave a Reply