Cinquantenaire du PALU : le Parti opte pour un Etat unitaire fortement décentralisé

paluSous la modération du Premier ministre honoraire Adolphe MUZITO, haut cadre du parti, et dans le cadre des activités marquant le cinquantenaire de son existence, le Parti Lumumbiste Unifié (PALU) a organisé  les 8 et 9 novembre 2014 des travaux dans des ateliers. Dont notamment trois interventions faites le samedi 8 novembre 2014 à l’hôtel Sultan

  Jacques Fumunzanza a  planché sur « les partis politiques et les idéologies » où il a noté que de nombreux leaders qui créent des partis politiques à ce jour se réfèrent et recrutent souvent dans leurs milieux tribaux et régionaux. « C’est qui fait que la plupart des partis politiques se caractérisent par leur souche ethnique, a-t-il fait remarquer.

            Pour sa part, le professeur MabiMulumba a exposé sur « L’Economie sociale du marché face aux réalités congolaises ». Cet éminent Professeur  a dressé le tableau sombre de l’économie congolaise caractérisée par l’informel suite au  dysfonctionnement des services de l’Etat pourtant censés assurer la régulation du marché. Pour y remédier, MabiMulumba a recommandé plus d’efforts pour orienter la RDC vers une économie du marché, gage de la croissance économique et de stabilité.

            Quant au professeur Kalume, il a plaidé pour le respect de l’Accord-cadre d’AddisAbeba en dénonçant certaines escarmouches provenant notamment des groupes armés qui n’ont pas la même lecture dudit accord. Il a insisté dans son exposé sur l’évaluation de l’Accord-cadre d’AddisAbeba pour résister aux manipulations et corruptions en vue de sauvegarder  l’unité du pays.

            Les travaux en ateliers se sont poursuivis le dimanche 9 novembre au salon Congo du  Grand hôtel  Kinshasa. Le Professeur Jean Claude Mashini a pris le premier la parole dans la journée pour aborder le thème : « la décentralisation politique et administrative en RDC ; processus inachevé et en panne». Il a indiqué que la décentralisation subit  deux écueils majeurs, notamment au niveau de l’orchestration du pouvoir de l’Etat et à la non application stricte de la retenue à la source par les provinces. Il a ajouté à ces difficultés, le manque de volonté de la part de certains corps d’accompagner le processus. Ce haut cadre du PALU a rappelé que son parti prône un Etat unitaire fortement décentralisé avec la conviction que le pouvoir doit revenir à la base.

            Le deuxième intervenant, Serge de Patoul  a édifié l’assistance sur l’expérience de la Belgique, Etat unitaire au départ avant de connaitre le partage des compétences des régions avec l’Etat fédéral.

Le professeur Botakile, député du Palu, a fait remarquer  que plusieurs dispositions de la constitution relatives à la décentralisation sont constamment violées notamment dans ses articles 100, 149,149 et bien d’autres encore. Il a ainsi plaidé pour l’organisation des élections  municipales, Urbaines et locales en vue de corriger les erreurs et ainsi débloquer le processus de décentralisation.

            Christophe Elembo qui a abordé la décentralisation sous un angle intégrateur, propose aux pouvoirs publics de susciter dans la communauté les groupes d’intérêt à partir des secteurs porteurs de croissance.

ERIC WEMBA                                  

 

Leave a Reply