Cinéastes et comédiens unis pour la sensibilisation de la jeunesse à l’apprentissage des métiers

Dans le souci de combattre la pauvreté et le phénomène « Kuluna », cinéastes et comédiens du théâtre populaire de la ville de Kinshasa viennent de s’engager dans la campagne, mieux dans la sensibilisation de la jeunesse congolaise à l’apprentissage des métiers. L’autre volet de cette campagne concerne les entreprises tant publiques que privées pour le renforcement des capacités de leurs personnels pour l’amélioration de leur rendement.

            A cet effet, une délégation de ces leaders d’opinion a été conduite vendredi 19 juillet 2013, auprès de l’Administrateur directeur général de l’Institut national de préparation professionnelle (INPP) par Mme Anosandjo. Au total : vingt cinéastes et comédiens ayant le vent en poupe dont  Muyombe Gauche, Maman Shako, Yandimosi… Tout a commencé par une visite guidée de tous les ateliers de cette institution publique dans sa direction provinciale sise 11ème rue, quartier Industriel, dans la commune de Limete. Question de permettre à ces stars du théâtre populaire de palper de doigt les réalités de cet établissement public et surtout la gamme de formation professionnelle y organisée (Maçonnerie, Mécanique, Mécanique automobile, Electricité, Electronique, Menuiserie, Plomberie, Coupe et Couture, Esthétique, Froid et  Climatisation…).

            Dans son mot de bienvenue, l’Administrateur directeur général de l’INPP, Maurice Tshikuya Kayembe, s’’est apaisanti sur le fait que la RDC se trouve dans une phase décisive : soit elle sombre, soit elle mène une lutte contre la pauvreté. Or, le choix est clair, et il faut pour ce faire une mobilisation totale pour sensibiliser la jeunesse à l’apprentissage d’un métier. Apprendre un métier est une solution par excellence contre le chômage et la pauvreté.

Et qui dit métier, dit formation professionnelle. Et la formation professionnelle demeure l’apanage de l’INPP dont la mission fondamentale est de qualifier la population active dont la jeunesse. A ces jours, a renchéri Maurice Tshikuya Kayembe, notre pays se trouve confronté à de sérieux problèmes des enfants en rupture sociale, communément appelés « Kuluna ». Par l’apprentissage des métiers, il y a lieu de les récupérer et de les réinsérer dans la société.

            Outre les enfants de la rue, l’INPP possède l’expertise nécessaire pour reconvertir les finalistes des humanités (les diplômés comme les candidats malheureux) en leur apprenant des métiers pratiques qui pouvant leur permettre de se prendre en charge et de gagner leur vie.

            Rassurés par le numéro un de l’INPP, ces leaders d’opinion ont promis de s’investir dans la sensibilisation de la jeunesse congolaise à l’apprentissage des métiers à travers des messages comiques et des pièces théâtrales. La visite leur a permis de découvrir que cet établissement public est la racine du développement en RDC. Ils ont, toutefois, demandé un partenariat beaucoup plus formel.

Michel  LUKA

Leave a Reply