Ciment : CILU réclame une taxation équitable pour tous

Le président de la délégation syndicale de la Cimenterie de Lukala(CILU), Gérard Kimbuene Bodi, a élevé la voix, hier mardi 28 octobre 2014, pour exprimer  une inquiétude de son entreprise confrontée particulièrement à la concurrence déloyale des exploitants du ciment importé. Au cours d’un entretien avec le journal Le Phare, il a indiqué que cette préoccupation liée aux mauvaises pratiques commerciales tendant à s’installer en RD-Congo a même fait l’objet d’une réunion tenue le vendredi 24 octobre 2014 avec la délégation du gouvernement.

 «Nous tirons la sonnette d’alarme pour que la libéralisation de ce secteur stratégique du ciment gris profite réellement aux consommateurs et à l’économie nationale, car les faveurs ou les arguments fiscaux souvent accordés par le gouvernement aux sociétés importatrices de tout genre, au détriment des structures des prix des entreprises nationales, ne profitent ni aux consommateurs Rd-congolais, ni en définitive à l’économie nationale » a-t-il appuyé.

Néanmoins, a poursuivi le syndicaliste, il ne s’agit pas d’un plaidoyer pour accorder à CILU l’exclusivité de la vente du ciment gris, mais pour établir les normes de taxation équitables à tous. En clair, la démarche consiste à mettre fin à la concurrence déloyale, constatée ce dernier temps sur le marché, et qui ne permet à la Cimenterie de Lukala de répondre à ses charges surtout sociales. « Allez-y imaginer ce qui pourrait arriver si la Cilu mettait la clef sous le paillasson ou renvoyait une partie de son personnel en congé technique. Des conséquences surtout sociales seront énormes ! » a fait entendre cet agent de la cimenterie.

 D’ores et déjà, face à l’ampleur que prend le marché du ciment gris, l’usine, fleuron de la cité de Lukala, est entrain de renouveler ses matériels de travail afin de faire face à la concurrence des produits importés. Cette modernisation de ses installations, indique-t-on, s’inscrit dans la logique d’augmenter sa production jusqu’à 1 million des tonnes à l’horizon 2016.

Répondant à ce tracas, le directeur de cabinet de ministre de l’Economie et du Commerce extérieur, Daniel Mulenda, a précisé que le gouvernement est déterminé à faire appliquer la nouvelle réglementation dans le secteur de l’import-export pour lutter contre la fraude et la concurrence déloyale que craint la cimenterie de Lukala.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply