Chan : les «Léopards» incapables de contourner le bloc défensif à 7 des «Panthères»

Dès le coup d’envoi donné par le tolérant arbitre camerounais Mohamadou Mal Souley, les «Panthères» du Gabon affichent leur intention de bétonner, de limiter considérablement les dégâts devant les tenants du titre, les «Léopards» de la RDC, dimanche au stade des Martyrs, en match retour du 1er tour des éliminatoires du 2ème Championnat d’Afrique des Nations de football.

            La compétition continentale ouverte exclusivement aux joueurs évoluant au pays, donc ceux de la Sélection B, étale d’entrée le niveau bas de l’actuel championnat gabonais, sans vedette et sans liant dans le jeu. La peur-panique amène ses éléments à se cantonner devant leurs buts. Dans leurs 30m, ils se mettent constamment à 7, même en possession du ballon, dans un mouvement de contre-attaque, ils songent difficilement à apporter la supériorité numérique pour déstabiliser le réseau défensif adverse. Les attaquants sont donc obligés de se débrouiller seuls. Ils ne bénéficient de quelque assistance que quand ils héritent des balles arrêtées. C’est-à-dire dès qu’ils parviennent à atteindre les abords du rectangle congolais. Leur entraîneur, Pierre Obame, a beau déclaré à l’arrivée de sa délégation: «Mon groupe est venu pour renverser la tendance, pour gagner malgré la défaite enregistrée chez nous, à l’aller, je ne renonce jamais, de la même manière que quand je jouais chez les pros, en France. Moi, je suis de la génération de Hitoto et j’avais aussi connu Muntubile Santos et Kabongo Eugène».

            En effet, à voir évoluer les fauves gabonais, on s’est rendu immédiatement compte que ce n’est pas une équipe ambitieuse, une équipe venue chercher le résultat tel que l’a clamé son coach. Un ensemble exagérément  recroquevillé et, assurément, traumatisé par la défaite du 12 mars, chez lui, à Moanda. L’artilleur Alain Kaluyitukadioko (32ème, 42ème) avait à cette occasion frappé et la réduction du score avait porté le paraphe de Yoanne Lengolama (87ème): 2-1. La conséquence est que les «Léopards» profitent du mauvais positionnement de ses éléments pour menacer la cage gardée par Mikiela. Et, sur un puissant tir du pied gauche manqué de capitaine Mputu Mabi et parallèle à la ligne du fond, Kaluyitukadioko Alain, devenu l’homme-but (5ème), le sent en surgissant opportunément au deuxième poteau pour expédier la balle dans les filets devant une défense statique: 1-0.

Mputu et Bokanga Eric, en position d’ailier gauche, excellent alors dans les fioritures. Alors, il apparaît clairement que l’immolation des visiteurs sera facile, grâce à un jeu cohérent et conquérant, surtout que l’entraîneur Jean Muntubile Ndiela alias Jalma Santos aligne, comme à ses habitudes et pour se faciliter la tâche, presqu’au grand complet le club du TP Mazembe, champion de la 13ème Ligue des champions de la CAF (Confédération africaine de football) et ossature des vainqueurs du 1er CHAN, en mars 2009, en Côte d’Ivoire. Que non! Personne n’est à la pointe de l’attaque. Le préposé au poste, Kaluyitukadioko, préfère aller opérer sur le flanc, à droite. Bokanga joue légèrement excentré mais également près de  la ligne opposée.  Que fait le capitaine Mputu? Il patrouille dans l’entrejeu déserté, sans raison tactique, par le milieu de terrain offensif Bedi Mbenza et l’ailier droit nominal Lusadisu Basisila qui vont plutôt passer le plus clair de leur temps à échanger des balles avec leurs arrières. Lesquels, avec le demi défensif Mihayo Kazembe Pamphile aux relances défectueuses, se plantent aux alentours de leur surface de réparation. La petite forme affichée par les latéraux Nkulukuta Miala, à droite, et Kasongo Ngandu, à gauche, n’autorise pas certaines initiatives dont ils n’ont naturellement pas la capacité. Un football à rebours. Qu’est devenu le meilleur défenseur de ligne, le gaucher Ebunga Simbi «Sawule»? Etonnamment, son nom ne figure même pas sur la feuille du match. La charnière centrale composée de Bokese et Kimuaki complique le bidon avec des contrôles approximatifs et des dégagements à l’emporte-pièces.

            Comme les «Léopards» ne pensent aucunement à aller chercher en individuel des adversaires plombés par l’attentisme pour les gêner dans leurs mouvements, une  incursion des visiteurs entraîne un coup franc, dans les 20m. Ngome Essoue (9ème) le livre pour la lucarne gauche de Kidiaba, impuissant sur la tentative qui atterrit directement dans son domaine: 1-1.

            Pourtant, les visiteurs ne modifient nullement leur manière d’agir. Roger Issakounia, un ancien du FC Union Bilombe de Kinshasa et convoité à un moment cette année par l’AS V.Club de Kinshasa, et Remy Ebamega ne bougent pas de leur position des défenseurs centraux. La même attitude rétive de la part de Daouda Seck et du capitaine Mouele sur les côtés. Ndong Ngaleu, le récupérateur, a le renfort, toujours en repli, de Boussougou et Farel Mounguengui. Devant, Yoanne Lengolama et Mve Mbatsa sont isolés bien que Ngome Essoue rôde autour de ce duo d’attaque.

            Ce n’est qu’en deuxième mi-temps que l’auteur de trois buts congolais se résoud à monter aux avant-postes. Ainsi, la sérénité fuit l’arrière-garde gabonaise. Mputu se coupe alors en mille pour alimenter les siens tout en illuminant sporadiquement un spectacle fade à l’image du naufrage collectif.

            Heureusement que l’acquis de l’aller qualifie directement les tenants du titre pour la phase finale prévue en février-mars 2011, au Soudan. A savoir que, dans la Zone Centrale, les «Lions Indomptables» du Cameroun ont le même avantage après le «carton», 3-0, infligé aux «Diables Rouges», samedi, à Yaoundé.  1-1 à l’aller au stade Alphonse Massamba-Débat, à Brazzaville, deux semaines auparavant. En mai prochain, un match d’appui opposera les perdants que sont les «Panthères» du Gabon et les «Diables Rouges»  du Congo pour la troisième place qualificative au même rendez-vous continental des locaux.

SIKI NTETANI MBEMBA

Leave a Reply