Centre Wallonie Bruxelles : des films russes pour faire vibrer les Congolais

batiment_isoPour célébrer le 45ème anniversaire du Centre régional de la culture russe à Brazzaville, le chef de mission diplomatique de la Fédération de Russie en République Démocratique du Congo, Igor Evdokismov, a procédé à l’ouverture officielle  de la semaine du cinéma russe, hier mardi 12 novembre au Centre Wallonie Bruxelles. Cette semaine va du 12 au 15 novembre 2013. 

Deux temps forts ont marqué cette cérémonie : ma lecture du mot de circonstance  ainsi que la projection du film « Le soleil blanc du désert ».

Dans son allocution de circonstance, le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie au Congo a souligné que le film « Le soleil blanc du désert » est plein de symboles pour ses compatriotes. Cette semaine du cinéma à Kinshasa en est à sa 3me édition..

Ce film projeté en soirée d’ouverture de la semaine  cinématographique russe a pour réalisation Vladimir Motyl. Dans ce long métrage de quatre-vingt-dix minutes, l’auteur retrace les aventures de Soukhov, un soldat de l’Armée Rouge qui avait sauvé le harem des mains du bandit Abdoula pendant les années de la guerre civile en Russie. Abdoula était un guerrier russe qui vivait avec onze femmes. Pendant tout le temps de la guerre civile, c’était un danger public pour l’Armée Rouge Russe en particulier et la population en général. Soukhov n’avait pu sauver que neuf femmes. Et, les deux autres femmes s’étaient désolidarisées du groupe en chemin.

          Ce guerrier tuait tout le monde qu’il rencontrait sur son chemin. Ce film a été tourné dans le désert. Le réalisateur raconte une histoire vraie qui s’était passée en Russie pendant la guerre civile. Cette guerre avait eu lieu au début du 20ième siècle.

       Quant au soldat Soukhov qui tenait à renverser Abdoula et en  finir avec la guerre, il devait rentrer au pays à travers le désert de sable.

           Soulignions que pendant 96 heures, les cinéphiles congolais vont connaître des émotions fortes grâce  aux productions de différents genres, notamment les comédies, les films d’actions, les contes et les documentaires, etc.

Le programme

Pour ce mercredi 16/11/2013 :

A 16h30, les amoureux du cinéma suivront le film l’Etoile. Il s’agit d’un récit de sept jeunes éclaireurs qui s’engagent dans une affaire, tout en sachant que le premier commando n’est pas rentré de sa mission. Le réalisateur s’est inspiré d’une réalité vécue en Russie après la nouvelle d’E. Kazakévitch en 1944.

Et, à 18h30, il est prévu le film intitulé Le Lac Baïkal. Ce  film amène le public à l’exploration du lac Baïkal. Ce lac est situé dans le sud de la Sibérie, dans la partie orientale de la Fédération de Russie. Il constitue la plus grande réserve d’eau douce de la surface mondiale. Il a une production d’environ 23.500 Km3.

Autrement appelé La Perle de Sibérie, le lac Baïkal a une lueur unique. Ses eaux sont transparentes jusqu’à 40 mètres de profondeur.

Jeudi 14 novembre

A 16h00 : les Pirates du XXe siècle. C’est  l’histoire d’un bateau soviétique qui a été attaqué dans l’Océan par des pirates. Ce bateau avait une cargaison.

A 18h30 : le film Les Gentilshommes de la chasse. C’est l’histoire d’un directeur de Jardin d’enfants dénommé Trochkine, qui était traîné dans une affaire parce qu’il avait des ressemblances avec le voleur du casque d’Alexandre Le Grand. Face à cette situation, il devait se sauver. Pour ce faire, Trochkine, l’homme généreux et sensible, avait côtoyé une bande  de truands en bon pédagogue, juste pour ne pas être pris…

Vendredi 15 novembre

A 16h00, le film L’Homme-Amphibie. On raconte l’histoire d’une jeune fille qui trouble deux hommes dans une ville portuaire  russe. L’un d’eux est riche et propriétaire d’un bateau. Et, Perdo Zourita, un pauvre monsieur, tenait à tout prix à épouser la fille.

A 18h30 : «Snégourotchka la Fille de neige ». C’est un récit amoureux d’une jeune fille qui a vécu dans une crise énorme d’affection. Elle n’a connu ni joie, ni amour. Mais, elle devait apprendre à aimer pour conquérir le cœur du berger Lell.

Il faudrait noter que la participation a cette semaine du cinéma russe est gratuite.

Dorcas NSOMUE  

Leave a Reply