Centre Bondeko : des policiers perturbent des journées de réflexion sur le handball

Les 1ère journées de  réflexion sur l’évolution du handball en RDC  se sont tenues   le 8 et 9 août 2014 au centre Bondeko. Interrompues par un galonné de la police  accompagné  par une dizaine de policiers, ces journées seront clôturées  ce jeudi 14 août 2014.  Il était 11 heures passées et les hôtes du  président honoraire de l’Entente de handball/ ville de Kinshasa,  Pierre Ntumbi,  venaient d’écouter les rapports des travaux en commission.  Journalistes, dirigeants, techniciens et vieilles gloires  s’apprêtaient à aller en pause le  samedi 9 août 2014  quand ils ont été surpris de voir des personnes « non invitées » faire irruption dans la salle.  Pascal Mukongo,  membre du comité d’organisation de ces assises, a déploré ces dérapages dans la mesure où le ministre Banza s’était fait représenter à Bondeko par le conseiller en charge des sports et loisirs, Casimir Muntu.

          Pour Mukongo et les participants,  des gens mal intentionnés ont fait croire au   colonel de  la police cité ci-haut   que les hôtes de Ntumbi  tramaient quelque chose de louche. Ces policiers  se sont déportés ensuite  en face du centre Bondeko.

Traumatisme

           En dépit des explications fournies par l’incriminé sur la légalité  et le caractère sportif de ces travaux, Mukongo a été embarqué par les forces de l’ordre  et probablement  acheminé à l’IPKIN. Les  organisateurs et leurs hôtes n’en revenaient pas, dans la mesure où  le  conseiller chargé des sports et loisirs en la personne de Casimir Muntu  était sur les lieux.

Fort heureusement, il a été relâché le même jour en fin d’après-midi.

         Historique, état des lieux du handball et perspectives sont les modules développés le vendredi 8 août 2014 par l’ancien directeur technique Léon Tangu, Dodo Souleiman, jadis athlète, entraîneur..…..

         Paul Makanzu, le major Bofenda, Makamizile… sont  les « pionniers » du handball  en ce qui concerne la ville de Kinshasa. Faustin Ntumba, le portugais Guelero…. ont « implanté » cette discipline au Katanga.

         Des basketteurs congolais qui avaient pris part en 1965  aux Premiers Jeux Africains de Brazzaville avaient décidé  à leur retour à Kinshasa d’implanter le handball au pays.  Mubiay( Mobidick), Mozingo, TshibanguTshibo… s’étaient employés à dénicher des talents.  En  1969 ,  le handball d’abord au niveau scolaire avait commencé à être pratiqué dans la province cuprifère. Cette  passion du handball avait gagné le Bandundu et avait atteint le Kasai avec le retour des kasaiens chez eux  dans les années 90.

         Les premières équipes de handball  ( Vijana, Mokako…) avaient vu le jour à Kinshasa  en 1969 et plus tard il y avait eu le premier championnat de cette discipline à Kinshasa.

En 1977, à l’époque d’ElongaMalimazungu, on  avait mis sur pied les poules  Est, Ouest et Centre.

La belle époque

         Les premiers entraîneurs et arbitres ( Bamato, Tangu de cette époque avaient suivi un stage de foration à Thies, au Sénégal. Ces «stagiaires» avaient recyclé à leur tour leurs collègues de Lubumbashi. Dimukay est le premier compatriote à devenir Secrétaire général de la Fehand.

         Les «pionniers» ont préparé les  élèves, étudiants et  autres personnes à la pratique du handball. Ce mouvement a continué et avait contribué à l’essor de cette discipline dans notre pays. On  a assisté à la naissance des équipes Scorpion, Ruwet, DSP, Elog….. A cette époque, les handballeurs congolais dictaient leur  loi aux autres handballeurs africains.  On en est présentement à la cinquième génération de handballeurs, a précisé Dodo Souleiman.

Descente aux enfers

         Gabegie financière avec à la clé détournement à deux reprises des fonds destinés à la réhabilitation des aires de jeu,  présence du handball dans deux ( Kinshasa et Lubumbashi)  des onze provinces du pays, organisation chaotique du championnat national et même des compétitions au niveau local, mise à l’écart des techniciens rompus en la matière, transferts frauduleux des athlètes vers d’autres cieux sans avoir au préalable avisé les équipes cédantes, absence d’une bonne administration de cette discipline….sont autant des maux qui gangrènent cette discipline.

         Le  conseiller  de Banza a émis le vœu de voir les cogitations de Bondeko se dérouler de manière harmonieuse et pour l’intérêt du handball.

Jean- Pierre Nkutu

Leave a Reply