CENI : Minaku non saisi par la CENCO

Le président de l’Assemblée Nationale, Aubin Minaku vient d’amorcer le dernier virage dans la désignation des animateurs de la nouvelle Commission  nationale électorale indépendante dont la loi venait d’être promulguée récemment par le président de la République.

            Au cours d’un point de presse animé hier lundi 27 mai dans la salle de banquet du Palais du peuple, le speaker de la chambre basse a annoncé que  la quasi-totalité des composantes qui devaient constituer la nouvelle ceni, ont déposé les  noms de leurs candidats  à l’exception de l’UNC et alliés qui trainent encore le pied alors que délai de 45 jours accordé par loi pour la  désignation des membres de cette institution d’appui à la démocratie est à son terme.

            A ce sujet, Aubin Minaku  a prévenu que le groupe parlementaire UNC  et allié  qui a posé  comme préalable, l’accélération du choix du porte-parole de l’opposition a 48 heures pour se conformer.

            «Comme la politique a horreur du vide, le bureau trouvera d’autres moyens pour  totaliser le nombre de 13 membres  exigé par la nouvelle loi de la CENI»,  a –t-il ajouté, avant de préciser que la question du porte-parole de l’opposition et de la composition du bureau de la CENI n’étaient  pas liées.

Le président de la chambre basse a rejeté en bloc les accusations selon lesquelles, il serait  à la base du blocage pour la désignation du porte- parole  de l’opposition

Toutefois Minaku a indiqué que le processus pour choisir le porte-parole de l’opposition vient d’être accéléré  avec la convocation, le 31 mai prochain par le bureau conjoint   Assemblée Nationale- Sénat d’une réunion pour traiter  cette question de concert avec les groupes parlementaires de l’opposition des deux chambres du parlement.

            On apprend des sources proches du Palais du peuple que le président du groupe parlementaire UNC et alliés a déposé les noms des  candidats de son groupe parlementaire hier après-midi.

            Le président de l’Assemblée Nationale a souligné  que  chaque composante a déposé comme convenu, 3 candidat pour le poste lui réservé,  sauf les confessions religieuses, qui se sont accordées sur le nom d’un seul candidat.

            Il a fait  savoir que son bureau garantira l’arbitrage pour faciliter le choix par consensus des délégués de chaque composante en tenant compte du critère de la représentativité de toutes les 11 provinces et de la parité.             Parlant des difficultés rencontrées, Minaku a confirmé avoir reçu deux listes émanant d’une part du  groupe  parlementaire  UDPS et alliés  et de l’autre UDPS et FAC.

            Selon lui, la  scission dans ce groupe parlementaire, sera réglée par son bureau si la commission politique et administrative de l’Assemblée nationale n’arrive pas à départager les deux camps antagonistes.

Réagissant à la dernière déclaration de la CENCO, qui a ouvertement contesté le retour de l’abbé Malumalu à la tête de la Ceni, Minaku se dit non saisi officiellement par la CENCO.

            « Si la CENCO nous saisit, nous pourrions trouver une solution dans le respect des principes édictée par la loi » a-t-il  déclaré

ERIC WEMBA 

Leave a Reply