Catastrophe humanitaire aux portes de Goma !

Plus d’une semaine après le déclenchement des hostilités, le 14 juillet 2013, entre l’armée congolaise et les miliciens M23, plus de 5.000 personnes ont déjà trouvé refuge dans des sites publics à Goma. Selon des sources humanitaires, ces personnes-dont une majorité-proviennent essentiellement des localités de Kibati, Buvira, Mudja et Munigi situées à une dizaine de kilomètres de la capitale provinciale du Nord-Kivu.

 A en croire un communiqué de Ocha livré à la presse hier mercredi 24 juillet 2013 au cours du point de presse de la Monusco, les humanitaires prévoient de les transférer dans des sites et camps durables autour de Goma pour faciliter l’assistance.

Selon le Haut-commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés(HCR), des mouvements de population ont également été signalés vers la localité de Kabuhanga au Rwanda. « L’ampleur de ces mouvements, dont certains sont pendulaires, n’est pas encore connue » a-t-on fait savoir.

 Besoins et réponse humanitaires

  Selon une mission de monitoring conduite du 19 au 21 juillet 2013 sur 4 sites publics de Goma, les nouveaux déplacés souhaiteraient retourner chez eux au plus vite pour préparer la prochaine saison agricole. En attendant, ajoute-t-on, ces personnes ont besoin d’abris, d’articles ménagers essentiels, ainsi que des vivres.

Notons que pendant ces temps, les services de Protection civile de la province du Nord-Kivu approvisionnent deux des sept sites spontanés de déplacés en eau depuis le 16 juillet et une ONG a déployé une clinique mobile dans le quartier Majengo de Goma pour apporter des soins de santé primaire aux nouveaux déplacés.

 Pour leur part, indique Ocha, les humanitaires mettent en œuvre tout ce qui est possible pour apporter l’assistance nécessaire aux personnes prises au piège des violences armées dans la province. Au 25 juin 2013, 967.000 personnes étaient déplacées dans la province du Nord-Kivu dont près de 160.000 personnes dans des camps et sites de déplacés dans la périphérie de Goma.

Des nouvelles conquêtes pour les FARDC

 En marge de ce rendez-vous hebdomadaire avec la presse, le porte-parole militaire de la Monusco, le lieutenant-colonel Félix Prosper Basse, a renseigné qu’en dépit des combats récurrents et violents opposant les FARDC au M23 dans les régions de Mutaho et Kibati, la situation sécuritaire au Nord-Kivu demeure sous le contrôle des Forces onusienne et congolaise. « Les Forces gouvernementales ont réagi avec promptitude et fermeté face aux récentes attaques des rebelles du M23 à Mutaho, occasionnant la conquête de la colline Nord, de la localité de Kanyaruchina et de toute la région de Mutaho. Ce qui a en outre généré un effet psychologique dévastateur contre le moral des mutins de ce groupe armé » a souligné le casque bleu onusien.

            Toutefois, rassure-t-il, la Force de la Monusco assure une coordination étroite des opérations avec les FARDC, afin d’éviter les dégâts collatéraux et l’extension des combats dans les zones habitées. Elle surveille étroitement l’évolution des hostilités et de la situation sur le terrain.        Tshieke Bukasa

Leave a Reply