Caritas : Résolution 1325, le plan d’action national en pleine révision

caritas Congo_0La ministre du Genre, de la Famille et de l’Enfant, Geneviève Inagosi-Bulo I. Kasongo, a ouvert, lundi 9 septembre 2013, dans la salle des conférences de la Caritas-Congo à Gombe, un atelier sur la « Vulgarisation de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies sur Femmes, Paix et Sécurité, en RD Congo ». Session organisée afin d’accroître les connaissances des femmes et des hommes tenant des responsabilités de niveau intermédiaire au sein du gouvernement, des organisations de la société et le secteur privé, son objectif global est de renforcer les conditions d’une paix durable et de meilleures conditions de vie pour les populations pauvres, en mettant l’accent sur la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, sur l’égalité des sexes, des droits pour les femmes et l’importance de l’influence des femmes en politique, sécurité et développement.

Outre cet objectif, les organisateurs ont souligné que cette formation vise aussi à revoir le plan d’action national de la RDC 1325 et aider à développer une vision commune du plan d’action et des actions nécessaires à sa mise en œuvre ; à accroitre la reconnaissance du rôle des femmes dans la paix et les processus décisionnels ; et à fournir une occasion d’échange d’expériences professionnelles entre les participants.

            A cet effet, la ministre Inagosi a révélé à l’assistance que sa préoccupation est d’amener un grand nombre des femmes à avoir une compréhension commune des questions de paix et de gestion de conflits. Ainsi, principales bénéficiaires, elles doivent mettre à profit ces moments d’échange d’expériences pour développer les stratégies appropriées de mobilisation des fonds pour la mise en œuvre de cette Résolution.

            Pour sa part la représentante de l’Onufemmes en RDC, Françoise Ngendahayo, a indiqué que pour son organisation la Résolution reste une grande nécessité qui fait partie intégrante de son mandat pour l’autonomisation de la femme et l’égalité des sexes. D’ores et déjà, elle a annoncé que le Trust Fund mis sur pied pour faciliter la mise en œuvre du Plan d’action national est une preuve de « l’engagement du gouvernement de la RDC à côté du système des Nations-Unies pour la prise en compte réelle du Genre dans les politiques publiques de la RDC »

Formation qui prendra 5 jours, l’équipe des formateurs est composée de deux experts de Baastel Consult-Canada : Nadine-Elisabeth Jubb  et Georges Tshionza Mata. Elle est financée par l’Ambassade de Suède en RDC, à travers l’Agence Suédoise de Développement International(SIDA).

            Occasion pour le chargé d’affaires de cette représentation diplomatique, Christina Etzell, de rappeler que le combat pour l’égalité des sexes est la pierre angulaire de la politique étrangère de son pays. « La Résolution 1325 est donc pour nous un instrument pour exiger de l’Etat la représentation des femmes. Bien entendu, la Résolution n’est pas la seule solution à tout, mais c’est un document important pour guider. Parallèlement, il faut réexaminer les structures qui oppressent la femme (quelques dispositions du Code la famille, des pratiques discriminatoires, etc.)

Tshieke Bukasa

Leave a Reply