Caritas Internationalis au secours de 2.400 ménages déplacés au Nord-Kivu et au Rwanda

Le «Projet d’assistance humanitaire à 10.039 ménages déplacés dont 8.039 au Nord-Kivu en RDC et 2.000 dans la Province de l’ouest au Rwanda, tous victimes des affrontements de mars à mai 2012 à l’Est de la République Démocratique du Congo», a été lancé la semaine dernière à Goma par la Caritas Congo. 
Initialement, ce projet EA-19/2012, fruit du mécanisme d’appel d’urgence de la Confédération Caritas Internationalis, devrait bénéficier à 10.039 ménages déplacés en biens non alimentaires (NFI), selon la répartition suivante: Caritas Goma : 5600 ménages (55%), Caritas Butembo : 2430 ménages (25%) et Caritas Nyundo : 2000 ménages (20%).
Mais, les fonds actuellement fournis et attendus de certains membres de cette confédération (CARITAS ESPANA, CARITAS ZENTRALE DESTERREISHS/Autriche, CARITAS JAPON, CARITAS ITALIANA, CARITAS ALLEMAGNE, DEVELOPPEMENT ET PAIX ainsi que SECOURS CATHOLIQUE – CARITAS France) ne couvrent qu’environ un tiers du budget initial.
Ainsi, la réponse humanitaire à apporter par les Structures d’exécution dudit projet visera dans un premier temps 2.400 ménages selon les effectifs suivants : Caritas Goma : 1.320 ménages (55%), Caritas Butembo : 600 ménages (25%), et Caritas Nyundo : 480 ménages (20%).
Dans le but de réaliser les objectifs fixés dans le projet et s’inscrivant dans le souci du délai imparti dans l’exécution dudit projet, la Caritas Congo a organisé une mission de lancement de ce projet à Goma en date du 8-10 juillet 2012. Cette mission a réuni toutes les parties engagées dans la mise en œuvre des activités du projet EA 16/2012, il s’agit de la Caritas Congo, Caritas Rwanda, Caritas Goma, Caritas Butembo et Caritas Nyundo (du Rwanda, Province de l’Ouest). 
 
L’équipe de Caritas Congo, composée Blaise Mbo (Coordonnateur dudit projet) et Paul Eboma, tous chargés des programmes d’urgence, a organisé le lancement effectif des activités du projet sur terrain par les structures d’exécution. Elle a aussi accrédité ledit projet auprès des parties prenantes et mobilisé les ressources humaines à utiliser dans son exécution. Enfin, elle a pris contact avec les autres acteurs humanitaires sur terrain, avant de formuler des recommandations utiles pour la réussite du projet. Un plan de travail a été mis sur pied, de commun accord avec tous les partenaires. Il reprend ainsi les moments forts de la mise en œuvre du projet à partir de la date du 9 juillet 2012.
 
Plus de 220.000 personnes obligées de quitter leurs maisons à cause de la montée en intensité des combats
 
Pour rappel, la Province du Nord-Kivu est en ébullition ces dernières semaines à la suite de la montée en intensité des combats qui ont contraint plus de 220 000 personnes à quitter leurs maisons, indique OCHA. Quelques 37 000 autres ont traversé la frontière vers l’Ouganda et le Rwanda, tandis que l’insécurité a débordé dans la province voisine du Sud-Kivu. La détérioration de la situation sécuritaire a conduit à l’amplification de la violence contre les civils. Le Nord-Kivu hébergeait déjà plus de 550 000 personnes déplacées internes. Cette dernière vague de violence poussera les chiffres à la hausse. Environ 70% du total de la population déplacée vivent dans le Nord-Kivu et le Sud-Kivu. Pour la première fois depuis 2009, la RDC a enregistré plus de 2 millions de déplacés, poursuit le Bureau des Affaires Humanitaires de l’ONU, dans une note d’information datée du 10 juillet 2012.
C’est dans ce contexte que le Diocèse de Butembo-Beni (Territoires de Lubero et Beni) est aussi touché par un autre contexte dont on parle très peu mais qui devient de plus en plus critique.
 
Il s’agit des récents affrontements entre les FARDC (Fores Armées de la République Démocratique du Congo) et la coalition des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR) et Mai-Mai PARECO qui sont à la base de la détérioration de la situation sécuritaire et humanitaire depuis avril 2012,
Ne pouvant rester indifférent face à cette situation, le réseau Caritas Congo s’était mobilisé avec la Caritas Goma, la Caritas Butembo et la Caritas Rwanda dans un élan de solidarité pour élaborer une proposition des réponses en NFI à apporter aux personnes déplacées vulnérables ayant perdu leurs biens essentiels. Ce choix d’une intervention en NFI a été fait sur base des gaps identifiés par les évaluations rapides qui ont été faites par IRC et Solidarités pour le compte du processus RRMP. 
En effet, cette proposition a apporté ce nouveau projet intitulé «Projet d’assistance humanitaire à 10.039 ménages déplacés dont 8.039 au Nord-Kivu en RDC et 2.000 dans la Province de l’ouest au Rwanda tous victimes des affrontements de mars à mai 2012 à l’Est de la République Démocratique du Congo» qui a été diffusé, en phase d’urgence, au sein de la confédération Caritas Internationalis depuis le 18 mai 2012. Quelques contributions des membres du réseau ont été annoncées et sont aujourd’hui effectives. 
 
Guy-Marin Kamandji

Leave a Reply