Cambriolage spectaculaire à l’Université Catholique du Congo

Choc et émoi ont accueilli, hier lundi 3 octobre, les habitués de l’Université Catholique du Congo(UCC), ex Facultés Catholiques de Kinshasa, lorsqu’ils ont appris le vol du coffre-fort de cette institution. Une opération digne de l’ « affreux » Al Capone, illustre maffieux américain, que les enseignants, administratifs, étudiants et chercheurs n’arrivaient pas à s’expliquer en termes clairs, tellement l’émotion était vive sur le site universitaire.

En effet, avons-nous appris, c’est entre 2 heures et 3 heures de la nuit du dimanche à lundi dernier que deux jeeps se sont pointées devant le portail de l’UCC avec des hommes armés en tenue civile. En deux temps et trois mouvements, ils ont réussi à neutraliser les deux surveillants commis à la sécurité de l’université, puis se sont dirigés droit vers la salle où se trouvait le coffre-fort de l’UCC. Sans la moindre difficulté, ils ont «deterré» et placécette caisse métallique dans l’une des Jeeps qui les accompagnaient.

Interrogées par Le Phare pour connaitre la valeur exacte de la somme emportée, les autorités académiques et administratives de cette institution sont restées totalement muettes, se contentant d’indiquer que le dossier est déjà transféré aux limiers de la police. « Un OPJ viendra faire le constat, éventuellement interpeller les suspects, mener des enquêtes pour découvrir les voleurs et leurs complices… », a furtivement indiqué un agent subalterne.
Toutefois, en attendant la découverte de la destination donnée au butin, certaines langues se sont déliées au campus pour révéler que plus de 250.000 dollars américains et 6.000 euros se trouvaient à l’intérieur du coffre.

Il faudra par ailleurs rappeler que ce coup n’est pas du tout une première dans cet institut catholique. Déjà vers 2003, un autre coffre-fort avait été enlevé par des disciples d’Arsène Lupin en usant, cette fois-là, tout simplement de la ruse. Toujours au milieu de la nuit, l’équipe de gardes universitaires avait été totalement mise en inactivité à travers des aliments drogués apportés par une complice des malfaiteurs. Ces derniers, comme leurs successeurs d’aujourd’hui, ne s’étaient pas fait prier deux fois pour enlever intégralement le coffre-fort ainsi que tout son contenu.
Ce scandale intervient, enfin, après d’autres dont le plus impressionnant a été le vol, il y a quelques temps en pleine matinée, d’un véhicule de la Faculté d’Economie et Développement devant le nez et sous la barbe de toute la communauté universitaire.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply