Bonne gouvernance : l’INPP audité

 Sur financement de l’Agence Française de Développement (AFD), un cabinet d’audit international « SOFRECO » démarre cette semaine un audit de l’INPP sur les plans organisationnel, fonctionnel et financier. Un protocole d’accord a été signé lundi 06 septembre 2010, entre l’Institut national de préparation professionnelle et le cabinet SOFRECO, en présence du directeur de l’AFD-Kinshasa, Christian Yoka.

            Selon Jacques Barbot, expert de SOFRECO, la durée officielle de cet audit est de sept semaines. Et trois directions provinciales ont été retenues, à savoir Kinshasa, Katanga et le Bas-Congo. L’une des missions principales de cet audit, a indiqué Barbot, est la qualification de la main d’œuvre locale. « L’INPP devra être capable, à l’issue de l’audit, de mettre en place une stratégie pour satisfaire la demande des entreprises locales qui, elles, n’ont pas besoin de formation, mais des compétences de leur personnel », a-t-il relevé.

            Au terme d’une visite guidée sous la houlette de l’Adg Maurice Tshikuya, des différentes filières, notamment les ateliers électronique, électricité,  froid et climatisation, maçonnerie et menuiserie, contrôle automobile, hôtellerie, esthétique et coiffure, coupe et couture, mécanique générale, mécanique automobile, et surtout le terrain réservé par l’INPP pour la construction d’un bâtiment qui abritera les salles ultra-modernes de formation, l’expert de SOFRECO a salué la volonté de l’INPP de satisfaire à la demande en formation de la jeunesse.

            Réagissant  à chaud, le directeur de l’AFD-Kinshasa, Christian Yoka, a exprimé la détermination de son agence d’appuyer l’INPP dans sa noble mission d’encadrer la jeunesse pour le développement de la RD Congo. L’AFD, a-t-il fait observer, n’est pas à sa première expérience en RD Congo. Elle l’a déjà fait avec la Fédération des entreprises du Congo (FEC), à travers un financement d’un million d’Euros.

            Pour  l’Adg de l’INPP, Maurice Tshikuya, cet audit est une remise en question tactique et technique de la gestion de son comité. L’œuvre humaine étant imparfaite, l’audit permettra à coup sûr de repérer ses points faibles comme forts, en vue d’améliorer de plus bel la qualité du travail. « L’AFD ayant une renommée internationale, l’audit va encore redonner du crédit à l’INPP », a-t-il conclu. Makina Malongi et Paul Nkongolo, respectivement Adga et Adt de l’INPP, ainsi que plusieurs autres directeurs se disent très disposés à collaborer étroitement avec les auditeurs de SOFRECO.

            Il convient de rappeler que l’AFD aligne une expérience dans plus de trente-trois pays en matière d’audit de formation.

Michel  LUKA

 

Leave a Reply