Bisengimana : «la police congolaise est neutre»

Répondant à quelques questions de la presse, après la signature hier au commissariat général de la police par le directeur pays adjoint du PNUD et le représentant résident de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) d’une convention pour le projet de formation des policiers de la Rd Congo, le commissaire général de la police a déclaré que tous les éléments formés pour sécuriser le processus électoral sont utilisés, même s’il y a eu des problèmes auparavant en ce qui concerne leur équipement. Et cela contrairement à ce qui a été dit au sujet de ces policiers qui ne seraient pas encore utilisés pour encadrer les différentes manifestations organisées à Kinshasa.

« Nous avons suffisamment d’éléments pour sécuriser le processus électoral. La police a travaillé avec professionnalisme lors de différentes marches organisées par des partis politiques à Kinshasa. C’est pour vous dire que la police congolaise est neutre, elle n’a pas de couleur politique, elle n’est au service d’aucun parti politique», a-t-il déclaré.

A une question sur les effectifs de la police en rapport avec le contrôle biométrique, il a répondu que la PNC compte 108.770 éléments recensés jusque-là, le contrôle se poursuit encore car le pays est vaste. « Il reste à savoir ce que la police a quantitativement et qualitativement pour pouvoir exprimer d’autres besoins», a-t-il dit.
Le commissaire général de la police nationale congolaise aura du mal à convaincre l’opinion congolaise, car ce que plus d’un constate sur le terrain est tout autre. Malgré la présence de la police dans les différentes manifestations organisées surtout par l’opposition, l’on a eu à constater des dérapages ayant provoqué même mort d’hommes à Kinshasa.

Ayant été formés aux techniques de contrôle des foules, les policiers appelés à sécuriser le processus électoral ont du pain sur la planche, car ils n’ont pas encore convaincu les Kinois de leur professionnalisme.
Alors qu’il rentrait chez lui à Limete, le président national de l’UDPS a vu son cortège caillassé par des « Pomba » au niveau de l’avenue Sendwe et quand les combattants de l’UDPS ont donné l’assaut aux « miliciens » de la Ligue des jeunes du PPRD, ce sont des policiers qui ont tiré en l’air pour permettre aux miliciens du PPRD de s’enfuir.

JRB

Leave a Reply