Bibwa, Mpasa et Mikonga : la corvée de l’eau potable

            Les quartiers Bibwa, Mpasa et Mikonga, dans la commune de N’Sele, grouillent de monde depuis plusieurs années. La ruée vers des terrains bon marché y draine des milliers de familles décidées à rompre avec la vie de locataires à Kalamu, Lingwala, Matete, Lemba, Masina, N’Djili et Kimbanseke. Parmi les obstacles au développement de ces trois cités, il y a le manque d’eau potable.

Ici, les résidents ont les yeux tournés vers les autorités urbaines et la Régideso, qui leur avaient promis des raccordements en eau potable voici déjà quelques années. Suite à l’inexistence de la desserte en eau potable, les ménagères s’approvisionnent soit à partir des puits de forage, soit au niveau des « sources » de fortune aménagées sur les bords des rivières N’Sele et Mikonga.

Cela étant, les exploitants des pompes aspirantes et bornes fontaines réalisent de bonnes affaires. Un bidon de 20 litres se négocie à 50 francs congolais. Pour satisfaire leurs besoins en eau potable, certaines familles déboursent entre 1.000 et 1.500 francs par jour. Par ailleurs, le transport des bidons sur une distance variant entre un et deux kilomètres induit une grande dépense de calories.

            Excédés par les coûts financiers des approvisionnements en eau potable, les habitants de Bibwa, Mpasa et Mikonga interpellent l’Hôtel de Ville de Kinshasa afin qu’une solution durable y soit trouvée.

                                               Laura Ndjabaringa

(Stg/Ifasic)

Leave a Reply