Le BCNUDH enregistre une baisse des violations des droits de l’homme en RDC

bcnudh Au cours du point de presse hebdomadaire de la Monusco d’hier mercredi 29 octobre 2014, le Bureau conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) en République démocratique du Congo (RDC) a présenté son rapport mensuel  concernant les cas de violations des droits de l’homme enregistrés sur le territoire congolais pendant le mois de septembre 2014. A ce sujet, le directeur adjoint du BCNUDH, Abdoul Azize Thioye a signalé que le bureau a enregistré une baisse des cas de violations des droits de l’homme et du nombre des victimes au mois de septembre par rapport à celui d’août. Le BCNUDH a également noté, au cours de la même période, une baisse du nombre des décès en détention (6 cas) par rapport au mois précédent ( l0 cas).

D’après ce rapport, durant le mois de septembre 2014, le BCNUDH a enregistré I50 violations des droits de l’homme sur le territoire de la RDC. Ce qui représente une baisse par rapport au mois d’août 2014, au cours duquel 257 violations des droits de l’homme avaient été enregistrées. Il est mentionné également que le nombre de victimes qui ont résulté de ces violations, a connu aussi une baisse au cours du mois de septembre 2014, passant de 638 à 405 victimes. Avec comme types de violations les plus rapportés : les atteintes au droit à l’intégrité physique, suivies par les atteintes au droit à la liberté et à la sécurité de la personne, les atteintes au droit à la vie et les atteintes au droit à la propriété.
Les provinces les plus touchées par les violations des droits de l’homme restent les provinces de l’est de la RDC, à savoir les provinces Orientale, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu. Pour le BCNUDH, les deux premières provinces ont connu une baisse importante du nombre de violations des droits de l’homme par rapport au mois d’août 2014, tandis que la province du Sud-Kivu a enregistré une légère hausse du nombre de violations des droits de l’homme au mois de septembre 2014 par rapport au mois d’août 2014. Au mois de septembre 2014, les provinces de l’ouest du pays ont enregistré une baisse du nombre de violations des droits de l’homme et du nombre de victimes de ces violations par rapport au mois d’août 2014.
Le directeur adjoint du BCNUDH a mentionné par ailleurs, que l’ensemble des agents de l’Etat serait responsable d’environ 66 % du nombre total de violations des droits de l’homme enregistrées par le BCNUDH au mois de septembre 2014. Ce qui représente une baisse importante par rapport au mois d’août 2014.
Selon toujours le rapport, parmi les agents de l’Etat, les militaires des FARDC  seraient responsables du plus grand nombre de violations des droits de l’homme avec environ 37 % du nombre total de violations des droits de l’homme enregistrées par le BCNUDH au cours du mois de septembre 2014. En septembre 2014, les combattants des groupes armés seraient, quant à eux, responsables d’environ 33 % du nombre total de violations des droits de l’homme enregistrées au cours de ce mois par le BCNUDH, ainsi qu’une baisse de plus de la moitié par rapport au nombre de violations des droits de l’homme attribuées aux combattants des groupes armés qui ont été enregistrées au mois d’août 2014.
Au sein des groupes armés, ce sont les combattants du Front de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) qui seraient responsables du nombre le plus élevé de violations des droits de l’homme enregistrées durant le mois de septembre 2014.
Au cours de ce même mois, selon les informations mises à la disposition du BCNUDH, au moins six agents de la PNC et neuf militaires des FARDC ont été condamnés pour des actes constituant des violations des droits de l’homme dans les provinces du Bas-Congo, Equateur, Katanga, Kinshasa, Nord-Kivu et Orientale.
Myriam Iragi

Leave a Reply