BC : les ex-agents crient à une vaste escroquerie

Les anciens employés de la Banque Congolaise(BC), actuellement liquidée, sont rouges de colère et inquiets. Et pour cause ! Des modiques sommes d’argent leur sont remises depuis deux semaines en guise de décomptes finals avant leur remerciement. A les en croire, certains d’entre eux ont touché seulement  600 dollars alors qu’ayant presté pendant plusieurs années au sein de cette institution bancaire! Indexant le liquidateur d’être  responsable de cette vaste escroquerie, les ex agents de la BC ont entrepris de se remettre aux autorités politico-administratives nationales afin que justice leur soit rendue.

En effet, expliquent-ils à travers une correspondance signée par les animateurs du Comité syndical, depuis le 10 mars 2011 ils ont porté à la connaissance de l’Inspecteur général du travail, la manière cavalière dont le  liquidateur se comportait dans le traitement du dossier relatif à la résiliation des contrats des travailleurs de la  Banque Congolaise, en ce qui a trait à la liquidation forcée de cette banque  décidée  par  la  Banque  Centrale  du  Congo . « Malgré les multiples démarches de l’Inspecteur  pour rechercher une solution concertée entre les partis, le liquidateur s’est montré non seulement intransigeant, mais surtout inflexible dans l’application des lois et règlements qui lient les employés  d’une part et la Banque Congolaise d’autre part », ont-ils indiqué.
Par ailleurs, soulignent-ils, cette même liquidation a procédé depuis le 30 décembre 2011 à la résiliation unilatérale desdits contrats et n’a laissé aucune possibilité aux agents de connaitre les éléments sur lesquels elle a statué pour les calculs des décomptes final. Pour eux, l’opacité avec laquelle, le liquidateur a traité ce dossier, laisse planer des soupçons de malversation de sa part.

En clair, précise-t-on, l’omission délibéré de ne pas reprendre des éléments faisant partie du calcul du décompte final, la non signature d’un procès verbal de conciliation entre les agents et le liquidateur sont autant d’éléments qui confirment les allégations qui pèsent sur le liquidateur qui a cherché par tous les moyens à flouer les travailleurs.
D’où la demande à l’Inspecteur Général du Travail d’user de son autorité pour que la loi soit appliquée dans toute sa rigueur et que les travailleurs soient rétablis dans leurs droits. Aussi, leurs regards sont tournés en vers les autorités politiques, particulièrement les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, pour évacuer le danger qui guette près de 600 familles d’agents en situation précaire.

Il faudrait souligner que dans sa motivation, le liquidateur allègue que la BC est dissoute et en liquidation forcée. Ne pouvant donc plus poursuivre ses activités bancaires, elle a décidé de mettre un terme au contrat de travail qui liait la banque à ses travailleurs. De ces raisons, l’employeur a estimé que cette liquidation serait un cas de force majeure, et en tant que tel, il n’avait pas besoin d’un arrêté du ministre pour mettre à la porte plus de 600 agents de cette banque ! Face à cet argumentaire, les agents de la banque liquidée cherchent à comprendre pourquoi l’employeur n’a pas  répondu aux invitations de l’Inspecteur afin de trouver une solution consensuelle. Pourtant la loi est claire, estiment-ils, car la liquidation forcée ne peut constituer un cas de force majeur. « Dans le cas qui nous concerne, l’initiative de la rupture du contrat appartient à l’employeur.                                                                                           

De ce fait, des carrières des agents sont mises en jeux, il y a donc nécessité de réparation du préjudice causé. Le décompte final payé par le liquidateur ne tient compte du préavis légal et ne reprend pas des indemnités reconnues par la loi dans le cas d’espèce… », ont-ils clamé, avant d’inviter l’Inspecteur à convoquer une réunion tripartite entre le Liquidateur et le Comité des Agents, sous sa supervision, pour que ce dossier soit traité en toute responsabilité. Affaire à suivre.  

Tshieke Bukasa

Leave a Reply