Bandundu : mauvais signal pour le PPRD

La tension est montée dans le chef-lieu de la province du Bandundu depuis le retour, mardi 26 juillet, du gouverneur de province, Richard Ndambu. Cette pression a atteint son point culminant le vendredi 29 juillet dernier avec l’incendie du siège fédéral du PPRD (parti présidentiel) dans la ville de Bandundu. Motif de cette colère : la réapparition du gouverneur Ndambu, déchu par l’Assemblée provinciale pour mégestion et détournement de deniers publics, puis réhabilité après un recours à la Cour Suprême de Justice(CSJ).
Selon plusieurs sources, Richard Ndambu se serait présenté avec son escorte en provenance de Kinshasa au port de Bandundu, de l’autre côté de la rivière Kwilu, dans la nuit de jeudi à vendredi et tenait à rentrer en catimini dans la ville. Malheureusement, le matin après la traversée du bac, la nouvelle de son arrivée s’était répandue comme une trainée de poudre.

Ainsi, en réaction au retour de cette autorité provinciale désavouée de longue date, il y a eu des manifestations de violence qui ont eu entre autres conséquences l’incendie de la permanence du parti présidentiel. D’après la Radio onusienne,  à son arrivée, le gouverneur Ndambu avait aussi visité son dépôt de boissons sur l’avenue Wamba. Ce dépôt de boisson avaient été incendié en avril dernier lors de la première manifestation populaire intervenue au lendemain de sa réhabilitation par la Cour suprême de justice. Par ailleurs, le gouverneur Ndambu avait prévu, vendredi 29 juillet, une matinée politique à Bandundu ville, ont indiqué des sources de la société civile. Ce rassemblement a été annulé à la dernière minute. 

Compte tenu de ce climat proche de l’émeute, un ordre est venu de Kinshasa pour obliger Richard Ndambu à quitter sans délai la ville de Bandundu pour Kinshasa.
Il faudrait rappeler qu’en avril lorsque le même gouverneur était rentré triomphalement au chef-lieu de Bandundu après sa réhabilitation par la CSJ, des violents incidents avaient éclaté et s’étaient terminés par la mise à sac de plusieurs édifices et biens publics, ainsi que par une mort d’homme.

 

Polémique
De l’avis des observateurs, c’est un nouveau mauvais signal pour le PPRD dont un membre a failli dans la gestion des affaires publiques. C’est aussi un signal dont devrait tenir compte la CSJ, ainsi que ceux qui tiennent à réinstaller Richard Ndambu dans ses fonctions contre la volonté populaire. Enfin, le principal concerné, devrait aussi en tenir compte, car certains sages de la province dont Bo-Boliko Lokonga avaient déjà en leur temps invité l’ « intraitable » gouverneur à s’effacer sportivement.
Ce retour suscite surtout des interrogations dans le chef des habitants de Bandundu/ville dont certains veulent savoir s’il s’agit d’un retour pour la reprise  officielle des fonctions car rien de tel n’a été annoncé au préalable. Dossier à suivre.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply