Attaques simultanées à Kinshasa : des questions troublantes

Le dépôt de la candidature à la présidentielle de 2011 d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba, le lundi 05 septembre 2011, a présageait un processus électoral apaisé. Sur la Place Royal, Boulevard du 30 JUIN où s’est déroulé cet événement, la Police s’est montrée à la hauteur de ses responsabilités en encadrant correctement les manifestants. D’où vient donc la violence qui s’est abattue comme un aigle sur le Processus électoral en cours et cela dans un temps très bref ? Le siège de l’U.D.P.S. a été attaqué, mis à sac par des éléments armés et incendié avec un bilan macabre de deux morts et une cinquantaine d’arrestation ; tandis que le siège de la RLTV a été plastiqué.

Toutefois, en dehors du folklore d’accusations justifiées ou non, tout observateur de ces actes d’intolérances politiques afin par faire certains constats objectifs et se poser des questions qui, à la longue, finissent par troubler les esprits. Prenons le cas de l’attaque de la RLTV. Cette chaîne de télévision se situe à un endroit le mieux protégé de la Ville. Elle est juste derrière le siège du gouvernement provincial de la Ville de Kinshasa et à proximité de deux ministères : celui de la Communication et Médias et celui de Postes et télécommunications. Comment expliquer qu’on saccage son siège sans qu’il y ait une intervention de la Police ? Le questionnement devient plus angoissant lorsqu’on se rappelle que quelques jours auparavant, des responsables politiques bien identifiés par RLTV ont menacé de brûler son siège et les responsables de l’UDPS et de la RLTV ont prévenu les autorités de la Police de l’imminence de ces attaques.

Se promener et attaquer la nuit, à la Gombe et à Limeté, sans aucune inquiétude

Et même le lundi 05 septembre dans la soirée, tous les spectateurs de RLTV ont suivi en direct les cris de détresse lancés par les animateurs des émissions au sujet des menaces dont ils étaient l’objet. Malgré cela, ni la Ville de Kinshasa, ni les autorités de la Police contactées n’ont voulu faire leur devoir et à 2h00 du matin, le pire annoncé s’est produit. Le même scenario s’est produit, aux mêmes heures de la nuit – c’est-à-dire vers 2h00 du matin – au siège de l’UDPS. Un groupe de personnes lourdement armé – comme le prouve les nombreuses douilles des cartouches et des bombes incendiaires et à gaz toxiques abandonnées dans la parcelle – s’est présenté devant le portail de la parcelle. A l’aide des bombes, il a fait sauter les serrures pour faire tranquillement son saccage. Les Forces de la Police stationnée au coin du Boulevard Lumumba et 10ème Rue, pour surveiller nuit et jour l’Udps, n’ont pas pu intervenir, malgré les appels et les bruits assourdissants des bombes lancées en pleine nuit.

La RLTV est et reste une chaîne de télévision et non une formation politique. Quelle serait la motivation de ceux qui l’ont attaquée au même moment que le siège de l’Udps ? Etouffer l’épanouissement de la liberté d’expression ? Au profit de qui alors ? En outre, quelle est cette organisation, politique ou non, qui peut se permettre d’attaquer une résidence privée la nuit, à proximité des postes gardés par des forces de l’ordre ? Ou encore qui peut se permettre de se promener la nuit, avec des véhicules et des armes de guerre ; de lancer des bombes assourdissants sans être inquiété ? Pour ce qui est du siège de l’Udps, à Limeté, les policiers stationnés au coin du Boulevard Lumumba et de la 10ème Rue ont vécu tout ce scénario, sans lever le moindre doigt. Et ce qui est pire, le matin, des véhicules de la Police sont revenus et un jeune Congolais a été froidement abattu à l’intérieur même du siège de l’Udps et d’autres jeunes atteints par des balles tirées à bout portant sont allés mourir à l’hôpital. Cette situation provoque, chez tous les observateurs attentifs, un flot des questions pertinentes.

RSK

Leave a Reply