Assassinat de Chebeya : les réactions

DECLARATION DE LA CENCO SUR L’ASSASSINAT DE FLORIBERT CHEBEYA, ACTIVISTE DES DROITS HUMAINS ET PRESIDENT DE L’ONG CONGOLAISE « LA VOIX DES SANS VOIX »

La CENCO vient d’apprendre avec une vive consternation l’assassinat de Mr Floribert CHEBEYA, activiste des droits humains et président de l’ONG congolaise « La Voix des sans voix ».

Elle condamne énergiquement ce crapuleux assassinat d’une personne dont la vie a été généreusement dévouée pour la défense des droits de l’homme dans notre pays, la RD Congo.

Elle exige et attend impatiemment que le Gouvernement diligente une enquête crédible  aux fins d’identifier les acteurs et les commanditaires de cet acte ignoble pour que justice soit faite. Car il est impensable de construire un état démocratique en éteignant la voix de ceux qui défendent les droits de l’homme.

La CENCO présente ses condoléances à la famille du disparu, elle élève sa prière vers le Très Haut pour le repos de l’âme de ce vaillant promoteur et défenseur du respect de « l’image et de la ressemblance de Dieu » en chaque personne humaine. Elle exprime, dans le même temps, sa proximité à l’endroit de tous les activistes des droits de l’homme et les encourage dans leur noble mission.

 

Fait à Kinshasa, le 03/06/2010

+ Nicolas DJOMO

Evêque de Tshumbe, Présidence de la CENCO

 

Déclarations : Bernard Valero, Porte-parole RDC/ DECES D’UN RESPONSABLE D’ONG

C’est avec une vive émotion que nous avons appris le décès de Floribert Chebeya, président de l’ONG congolaise des droits de l’Homme «La Voix des sans-voix», retrouvé mort hier dans son véhicule à Kinshasa.

La France adresse ses condoléances à la famille, aux proches et aux collègues de Floribert Chebaya. Elle rend hommage aux militants qui, en République démocratique du Congo, oeuvrent avec courage et détermination à la défense des droits de l’Homme.

La France souhaite que les autorités congolaises fassent toute la lumière sur les circonstances de ce décès et prennent les mesures appropriées.

La France rappelle l’importance qu’elle attache à l’action des défenseurs des droits de l’Homme et à leur protection partout dans le monde. 

Par DCI porte-parolat (DCI), le 03/06/2010 à 11:15:13

 

ORGANISATION MONDIALE CONTRE LA TORTURE  

Disparition violente, en RD Congo d’une grande figure de la défense  des Droits de l’Homme

L’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) a la profonde tristesse d’annoncer la mort de M. Floribert Chebeya Bahizire, directeur exécutif de la Voix des sans-voix pour les droits de l’homme (VSV) et membre de l’Assemblée générale de l’OMCT, survenue le 2 juin 2010 dans des conditions jusqu’ici non élucidées.

M. Floribert Chebeya Bahizire avait reçu, dans l’après-midi du 1er juin 2010, une convocation l’invitant à se rendre auprès de l’inspecteur général de la police nationale congolaise (IG/PNC), le Général John Numbi Banza Tambo, pour un motif qui devait lui être communiqué sur place. Il s’est rendu dans les bureaux de l’IG/PNC, dans la commune de Lingwala, Kinshasa, vers 17h00, en compagnie M. Fidele Bazana Edadi, membre et chauffeur de la VSV. Peu avant 20h00, son épouse avait reçu plusieurs messages SMS provenant de son époux, l’informant qu’il n’avait pu rencontrer l’inspecteur général et qu’il se rendait à l’Université pédagogique national (UPN).

Le 2 juin 2010, son corps a été retrouvé dans sa voiture et l’on est sans nouvelles de son chauffeur.

« Je suis extrêmement choqué et profondément attristé par la mort inexpliquée pour l’instant de Floribert. Au cours des quelque quinze années de collaboration étroite qui m’ont lié à lui, j’ai eu l’occasion d’être témoin de son courage et de sa ténacité dans la lutte pour la justice. A sa femme, à ses enfants, et à tous ses proches, nous exprimons nos très sincères condoléances. Nous attendons que toute la lumière soit faite sur cette tragédie. », déclare Eric Sottas, Secrétaire général de l’OMCT.

Les ONG membres et toute l’équipe de l’OMCT expriment leur profonde tristesse et leurs sincères condoléances à la femme, aux enfants et à la famille de Floribert ainsi qu’à tous ses amis et collègues au sein de la VSV. Ils garderont d’une longue et intense collaboration avec lui le souvenir d’un homme courageux, rigoureux et d’une grande modestie, mais également d’un ami.

Genève, le 2 juin 2010

 

COMMUNIQUE DE PRESSE 

Décès de M. Floribert Chebeya, Président de la Voix des Sans Voix

Le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Alan Doss, a appris avec consternation la nouvelle de la mort, dans des circonstances non encore élucidées, de M. Floribert Chebeya, président de l’ONG de défense des droits de l’homme, la Voix des Sans Voix (VSV).

M. Chebeya était connu pour son engagement en faveur de la défense et de la promotion des droits de l’homme en RDC.

Le Représentant spécial appelle les autorités à diligenter rapidement une enquête afin que toute la lumière soit faite sur cette mort.

Le collectif des ONG des droits de l’homme interpelle le gouvernement

Dans leur déclaration rendue publique jeudi 3 juin 2010, au siège des « Amis de Nelson Mandela pour les droits de l’homme » (ANMDH), à Matonge, dans la commune de Kalamu, le Collectif des ONG de défense des droits de l’homme de la République démocratique du Congo a fustigé avec énergie le double assassinat dont est victime la Voix des Sans-Voix pour les droits de l’homme (VSV).

Dieudonné Kabasonga de l’OSD a rappelé que Floribert Chebeya Bahizire avait reçu en date du 1er juin 2010, aux environs de 11h00, un coup de fil d’un certain Monsieur Michel, non autrement identifié, l’invitant à se présenter à l’Inspection Générale de la Police nationale congolaise, sise dans la commune de Lingwala, à 17h30, pour y rencontrer l’Inspecteur général, John Numbi Banza, qui l’y attendait.

Accompagné de Fidèle Bazana Edadi, membre et chauffeur de la VSV, Floribert Chebeya s’est rendu audit rendez-vous aux environs de 16h00. A 15h56, il appellera son épouse pour confirmer qu’il était déjà au lieu du rendez-vous attendant d’être reçu par l’Inspecteur général de la police nationale.

Dès lors, il s’en suivra une série des SMS échangés avec son épouse dont un reçu à 19h44, dans lequel il lui annonce : « Je n’ai pas pu rencontrer l’IG. Je crois qu’il est retenu quelque part. Je vais à l’UPN ». Message non signé, contrairement à ses habitudes. Le contact avec sa famille sera définitivement coupé après un dernier et curieux message à l’intention de sa fille aux environs de 21h11, à qui il répondait à sa demande de lui rapporter des saucisses ; « Bien reçu, d’avance bon appétit ». Message une fois de plus non conforme à ses habitudes.

Rappelé à son téléphone à 21h15, Floribert Chebeya ne décrochait plus, encore moins son chauffeur dont le téléphone était carrément fermé. Tous ces échanges ont rajouté à l’inquiétude de son épouse qui ne reconnaissait pas dans ces différents messages, le style de son époux habitué à rentrer directement à la maison, après ses journées de travail. C’est ainsi qu’aux environs de minuit, elle alertera un de ses proches collaborateurs qui, à son tour, va organiser les recherches en alertant les différents acteurs de la société civile et partenaires de la communauté internationale.

Dans l’avant-midi du mercredi 02 juin 2010, a indiqué  Dieudonné Kabasonga, la délégation des ONG a été reçue par le colonel Daniel Mukalayi, directeur des renseignements à l’Inspection générale de la Police nationale congolaise, qui va confirmer la terrible information selon laquelle : « la voiture de Floribert Chebeya avait été retrouvée en fin d’avant-midi, avec un corps inerte à son bord. Après identification du corps par la Police comme étant celui de  Chebeya, aux environs du quartier Mitendi, sur la Nationale n° 1, dans la commune de Mont-Ngafula. Ceux-ci l’ont acheminé au camp Lufungula, avant que le corps ne soit transféré à la morgue de l’hôpital général de Kinshasa (ex-Mama Yemo), à 12h45.

Selon les témoignages recueillis sur place, l’infortuné, a fait observer Dieudonné Kabasonga, a été retrouvé tôt le matin sur la banquette arrière du véhicule, les mains menottées derrière le dos, le pantalon et le sous-vêtement rabaissés sur les genoux.

De ce qui précède, le Collectif des ONG de défense des droits de l’homme demande au Chef de l’Etat de  se prononcer de manière claire et en public sur la situation d’insécurité organisée contre les défenseurs des droits humains en RDC. Au gouvernement, il recommande de mettre sur pied une commission d’enquête mixte et impartiale, composée des inspecteurs de la police nationale congolaise, des défenseurs des droits de l’homme membres du Collectif, des représentants de la communauté internationale, en vue de faire toute la lumière sur cet assassinat.

A la communauté internationale, il demande de prendre au sérieux les menaces et assassinats à répétition qui pèsent sur les défenseurs des droits de l’homme, y compris les journalistes et syndicalistes, et d’envisager des dispositions qui s’imposent, afin d’y mettre définitivement un terme. A la société civile, il recommande la vigilance et la mobilisation dans une cohésion sans faille pour que des tels actes ne puissent plus jamais se reproduire.

Michel  LUKA

 

Déclaration politique de l’Udps à la suite de l’assassinat ignoble de Floribert Chebeya et de son collaborateur Fidèle Bazana

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social «UDPS», parti politique qui lutte depuis le 15 février 1982 pour la promotion des droits humains et l’évènement de la démocratie a appris avec consternation I’ignoble assassinat de Monsieur Floribert CHEBEYA BAHIZIRE Directeur Exécutif de I’ONG « La VOIX DES SANS VOIX POUR LES DROITS DE L’HOMME». 

L’UDPS ;

- rend hommage à Floribert CHEBEYA pour de loyaux services rendus à la nation congolaise en tant qu’activiste des droits humains ;

- Condamne avec fermeté ce crime odieux que notre Pafti considère comme un acte planifié pour assassiner la démocratie en RD-Congo à la veille des élections 2011 ;

- Invite toutes les forces du changement regroupées au sein des partis politiques et des associations de la Société civile à s’unir pour poursuivre l’æuvre de llllustre disparu afin de sauver la démocratie ;

- Exige qu’une enquête indépendante et crédible soit diligentée criminels et de les déférer devant la justice ;

- Présente ses condoléances les plus attristées aux familles personnel de la «VOIX des SANS VOIX» ;

- Demande aux activistes des droits humains de tenir bon.

Fait à Kinshasa, le 03 Juin 2010

Alexis Mutanda, Secrétaire Général

 

Forces Novatrices pour l’Union et la Solidarité (FONUS)

Les Forces Novatrices pour l’Union et la Solidarité IFONUS) ont appris avec déchirement de cæur et profonde indignation, le crapuleux assassinat du défenseur des droits de l’homme, Floribert CHEBEYA, de la Voix des Sans Voix, alors qu’il était appelé à répondre à une invitation lui adressée pour le mardi 1er juin 2010 à 17 heures, par l’lnspecteur Général de la Police.

Les FONUS qui condamnent avec la dernière énergie cet assassinat qui nous rappelle les méthodes diaboliques et dictatoriales d’une époque récente, en appellent à la solidarité de tous les défenseurs des droits des peuples et autres personnes éprises de considération à la vie humaine pour que cessent la terreur et les intimidations de bas étage. Elles en appellent également à la vigilance populaire et à la conscience citoyenne de tous les congolais pour vaincre la peur, le musèlement, les intimidations afin de barrer la route à toute tentative de retour à la dictature.

Saluant la bravoure et la mémoire du vaillant combattant de la liberté, de la vérité et de la justice, les FONUS estiment que Floribert CHEBEYA, tué arme à la main, en véritable martyr de la liberté, son sang devra crier vengeance au ciel. 

Face à l’arrogance et à l’obsession du pouvoir pour le pouvoir des hommes sans coeur, sans foi ni loi, les FONUS exigent la diligence d’une enquête indépendante pour que toute la lumière soit faite autour de ce crime odieux et que les auteurs, co-auteurs et commanditaires soient sévèrement punis. 

Fait à Kinshasa, le 03 juin 2010 

Hon. Emery Okundji Ndjovu, Secrétaire Général Adjoint

 

Communiqué de l’Envol

L’Ensemble de Volontaires pour le Développement de la République Démocratique du Congo’, association d’action civique, ENVOL en sigle, condamne avec fermeté l’assassinat crapuleux de l’activiste des droits de l’homme Floribert CHEBEYA BAHIZIRE intervenu dans la nuit du 02au 03 juin 2010 en pleine capitale de notre pays.

Cet acte ignoble constitue une menace grave aux droits fondamentaux et libertés publiques consacrés par notre Constitution. Il porte atteinte au pacte républicain qui garantit le droit à la sécurité pour tout citoyen, quelle que soit son opinion partant, un coup au fondement de notre démocratie.

L’ENVOL rend hommage à la lutte menée de son vivant, par le disparu pour le respect des droits humains en République Démocratique du Congo.

L’ENVOL interpelle les autorités gouvernementales à tous les niveaux, à oeuvrer résolument non seulement pour que des enquêtes sérieuses soient engagées, mais aussi et surtout pour que des sanctions appropriées soient arrêtées à l’endroit des coupables.

L’ENVOL en appelle à la mobilisation et à la vigilance des organisations de promotion et défense des droits de I’homme, des partis politiques et à la population congolaise tout entière, pour exprimer la réprobation totale des atteintes répétées aux droits des citoyens. 

Fait à Kinshasa, le 03 juin 2010 

Pour I’ENVOL

Delly SESANGA HIPUNGU, Président

Communiqué du Général Oleko

1. Ce Mercredi 02 Juin 2010, aux environs de 05 heures du matin, sur la route qui mène vers la concession de Grand Hôtel Kinshasa, non loin de Joli Site, dans le quartier MITENDI, Commune de Mont NGAFULA, quelques passants ont trouvé un corps d’un homme sans vie allongé sur le siège arrière de la voiture MAZDA 626 de couleur grise, immatriculêe KN 0282 BM. 

2. Alertés par la population, nos agents sont descendus sur le lieu et ont trouvé effectivement un cadavre d’un homme sans aucune trace visible de violence, dont l’étirette du pantalon était ouverte et à côté duquel se trouvaient : 

- Deux préservatifs déjà utilisês et un paquet entier de trois pièces non utilisê ;

- Une boîte de stimulant «DAVIGRA» qui contenait une plaquette de deux comprimés déjà utilisés ;

- Deux ongles artificiels et quelques mèches dames. 

3. En fouillant ses poches, ils (nos agents) ont découvert un nombre important de cartes de visite portant son nom, lesquelles nous ont permis de I’identifier. ll s’agissait de Monsieur CHEBEYA BAHIZIRE, Directeur Exécutif de I’ONG «La Voix des Sans Voix», domicilié au n°3858 de I’avenue des Ecuries, Quartier Joli Parc, Commune de NGALIEMA. 

4. Après avoir rempli toutes les formalités d’usage, le corps a été acheminé vers une morgue de la place et une enquète qui a étè ouverte à cet effet est en cours en vue de nous permettre de connaître avec exactitude les circonstances qui ont concouru à cette mort. 

5. Toutefois, tous ceux qui, comme nous, ont suivi I’interview de Madame CHEBEYA sur Radio OKAPI, ont appris que la victime était avec son chauffeur qui serait porté disparu, la PNC invite ce demier à pouvoir se rendre et en même temps elle lance un vibrant appel à toute personne qui verrait ledit chauffeur, de bien vouloir saisir le poste de Police le plus proche pour toutes fins utiles,

Fait à Kinshasa, le 02 Juin 2010. 

L’lnspecteur Provincial de la Police Ville de Kinshasa

Général J.D. Oleko, Inspecteur Divisionnaire Adjoint

 

Communiqué de l’Opposition politique en rapport avec la mort du Présiodent de l’ONG «La Voix des Sans Voix»

Floribert Chebeya, Président de I’ONG de défense des droits de I’homme, la Voix des Sans Voix (VSV), a été retrouvé mort hier mercredi dans sa voiture sur une route à la sortie sud-ouest de la ville de Kinshasa.

L’opposition politique est profondément consternée non seulemeni par I’ampleur de la perte que représente ce décès pour la RDC, compte tenu du rôle que jouait I’illustre disparu sur l’échiquier national, mais aussi par le trouble inquiétant qui entoure sa disparition.

En conséquence, I’opposition politique :

l. Considère qu’au moment où la RDC s’apprête à célébrer, à la fin de ce mois de juin, le cinquantenaire de son accession à la souveraineté

internationale, la disparition inopinée et non moins suspecte de Floribert

Chebeya postule que tout soit mis en oeuvre pour établir les circonstances précises de son décès et sanctionner sévèrement les auteurs de ce crime ignoble.

2. Exige la constitution à cet égard, toutes affaires cessantes, d’une commission d’enquête indépendanie mixte, impliquant des représentants des Organisations tant nationales qu’internationales de défense des droits de I’homme.

Enfin, l’opposition politique présente ses condoléances les plus attristées à la famille du défunt, aux Organisations de défense des droits de I’homme en général et, en particulier, à I’ONG La Voix des Sans Voix.

Fait à Kinshasa, le 03 Juin 2010

Pour l’Opposition politique

François Muamba/MLc, Gilberi Kiakwama/CD

Roger Lumbala/ODR

Moiïse Nyarugabu/RCD Pierre Pay-Pay/Non incrit

 

Déclaration du Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité

Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo porte à la connaissance de l’opinion nationale la mort, dans la nuit du 1er au 02 juin 2010 et dans les circonstances non encore élucidées, de Monsieur Floribert Chebeya Bahizire, Président de l’ONG «La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme».

A ce stade, aucune piste n’est privilégiée, et le Gouvernement exprime ses regrets et ordonne à tous les services de sécurité et de renseignement, de mener, sans désemparer, des enquêtes, en vue de déterminer les circonstances exactes de cette mort.

Le Gouvernement de la République présente à la famille éprouvée et aux Organisations de défense des droits de l’homme en République Démocratique du Congo, ses condoléances les plus attristées. Il les rassure de sa détermination à renforcer les mesures de sécurité, pour que les activités des Organisations de défense des droits de l’homme en République Démocratique du Congo continuent à s’exercer sans aucune entrave.

En attendant l’issue des enquêtes ouvertes à ce sujet, le Gouvernement en appelle à la vigilance de la population et lui demande de collaborer aux enquêtes en cours. 

Fait à Kinshasa, le 02 juin 2010

Pr. Adolphe Lumanu Mulenda Bwana N’Sefu

 

Le Réseau Bassin Congo Océan exige la libération de sept défenseurs des droits de l’homme arrêtés à Cabinda

Le Réseau Bassin-Congo Océan, regroupant les ONG des droits de I’homme de la République Démocratique du Congo, de la République du Congo et de la République d’Angola dénonce l’arrestation de sept (7) Défenseurs des Droits de I’Homme par la police-angolaisé à Cabinda.

Il s’agit de messieurs Andre Zeferino Puati, arrêté le 08 janvier 2010 ; José Benjamin Fuca, anêté le 12 janvier 2010 ; Belchior Lanzi Tati (Economiite), arrêté le 13 janvier 2010 ; Raul Tati (Prêtre), arrêté le 16 janvier 2010; Francisco Luemba (Avocat), arrêté le 17 janvier 2010 ; Barnabe Paca Pezo (Ingénieur), arrêté le 14 fevrier 2010; Barnabe paca panzo (Economiste), arrêté le I I avril 20l0,tous sept (7) de nationalité angolaise.

Presque toutes les victimes ont été appréhendées à domicile par la police angolaise, sans mandat, qui n’a donné aucun motif réel de cette rafle.

Le domicile de M. Francisco Luemba a été fouillé systématiquement par la police avant d’emporter des documents et autres effets personnels:

D’après les informations parvenues à la VSV, l’arrestation des défenseurs des droits de I’Homme serait liée, entre autres, à I’attaque du bus qui transportait l’équipe nationale de football du Togovendredi 08 janvier 2010,lors de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2010), aux differentes actions pour la promotion et la défense des droits de I’homme en Angola et à un livre écrit en 2009 par l’avocat sur le cabinda.

Le gouvernement angolais aurait depuis longtemps indexé ces Défendeurs des Droits de I’Homme pour leurs activités des droits de I’homme en faveur de la population du Cabinda

Le Réseau Bassin Congo-Océan rappelle au gouvernement angolais ses obligations à respecter les textes juridiques internationaux sur les droits de I’homme, notamment la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, la Déclaration des Nations Unies de 1998 sur la protection des défenseurs des droits de I’homme, etc.

Le Réseau Bassin Congo Océan invite lâ gouvernement angolais de faire toute la lumière sur I’arrestation et la détention des Défenseurs des Droits Hurnains et de sanctionner les auteurs, exécutants et les commanditaires afin de lutter réellement entre I’impunité

Par conséquent, le Réseau Bassin-Congo Océan demande au gouveinement angolais de libérer sans condition les Défenseurs des Droits de l’Homme, sinon les déferer devant des instances judiciaires compétentes pour un procès juste et équitable. 

Fait à Kinshasa, le 0l juin 2010.

LE RESEAU BASSIN CONGO OCEAN

Floribert CHEBEYA B.

Leave a Reply