Après Lubumbashi : shisekedi enflamme Kasumbalesa

Après avoir fait tabac à Lubumbashi tout au long du dernier week-end, depuis son arrivée, le vendredi 29 juillet 2011, jusqu’à sa visite à l’Hôpital Sendwe le dimanche 31 juillet, en passant par le grand meeting qu’il a tenu le samedi 30 juillet à la Place du 30 Juin, Etienne Tshisekedi est sorti de cette ville hier mardi 2 août pour Kasumbalesa. Il s’est en fait offert un aller-retour entre le chef-lieu du Katanga et cette cité frontalière avec la Zambie, soit une distance d’environ 90 kilomètres multipliés par deux.
Annoncée depuis vendredi, l’arrivée du président national de l’UDPS, autour de 13 heures 30,  a mis sens dessus sens dessous non seulement tout Kasumbalesa mais aussi tous les villages environnants. Fortement mobilisés, des sympathisants de son parti ainsi que des milliers de curieux sont venus à la rencontre de son escorte plusieurs kilomètres avant l’entrée de la citée. De là, un impressionnant carnaval motorisé l’a accompagné jusqu’au cœur de la cité. Il lui a fallu plusieurs heures avant d’atteindre la tribune aménagée pour son meeting, devant le bâtiment de l’INSS, non loin des installations de la DGDA (Direction Générale des Douanes et Accises).
 
Slogans, chansons, danses étaient au rendez-vous, dans une liesse populaire indescriptible. De mémoire des habitants de Kasumbalesa, on n’a jamais vu un homme politique faire bouger non seulement Kasumbalesa mais aussi toutes les maisons des paysans des environs. Des Congolais de la diaspora venus de Zambie se sont même signalés à l’accueil d’Etienne Tshisekedi.
C’est dans une ambiance folle, qui n’était pas sans rappeler celle vécue vendredi et samedi derniers à Lubumbashi, que l’illustre hôte s’est adressé à la nombreuse foule venue l’écouter. Puisant l’essentiel de son message dans le thème de « L’Etat de droit », le Lider Maximo a exhorté ses compatriotes de Kasumbalesa et sa périphérie au patriotisme, à l’amour du pays et du prochain. Il a encore martelé qu’il se portait candidat à la magistrature suprême dans le dessein bien arrêt d’apporter le véritable « changement ».
 
Etienne Tshisekedi a, par la même occasion, appelé chaque Congolaise et chaque Congolais à s’engager personnellement à sauver le Congo, à combattre les antivaleurs (vol, corruption, concussion, injustice, violation des droits humains, égoïsme, enrichissement sans cause, pillage des ressources nationales, immoralité, irresponsabilité, haine tribale et ethnique, intolérance politique et religieuse).
Selon le président national de l’UDPS, entre autres taches que devrait s’assigner le gouvernement qui sortirait des élections de novembre 2011 devrait être la relance des entreprises du Portefeuille, de manière à donner du travail aux Congolaises et Congolais et à chasser effectivement le chômage. Enfin, il a invité tout le monde et chacun à tenir bon jusqu’à sa victoire dans les urnes, le 28 novembre 2011. Il a répété que sous son mandat à la tête de l’Etat, 2012 devrait absolument marquer la naissance d’un nouveau Congo.
 
On rappelle qu’Etienne Tshisekedi est attendu ce mercredi 3 août à Kipushi, le jeudi 4 août à Likasi, vendredi et samedi à Kolwezi, dimanche à Lubumbashi et le lundi 8 août à Kinshasa, où il devrait tenir un grand meeting au Stade des Martyrs. On retient aussi que l’opposant congolais le plus célèbre rentre dans la capitale après deux mois de séjour à l’étranger, notamment en France, en Belgique, aux Etats-Unis d’Amérique, au Canada, en Allemagne et en Afrique du Sud. Le dépôt officiel de sa candidature à la présidentielle devrait intervenir peu après son retour à Kinshasa.
 
Kimp

Leave a Reply