Appui limité des Nations Unies aux élections de 2011

En vue d’un appui matériellement et financièrement limité par rapport à l’appui fourni lors des élections de 2006, mais aussi de la reconfiguration et du retrait progressif de la MONUC, le PNUD recherche des options pour un appui qui tienne compte des moyens et capacités de la RDC. L’étude du PNUD devra préconiser : une stratégie nouvelle pour le plan logistique des élections, des outils de  monitoring et mécanismes de supervision; une définition et évaluation des besoins en équipements, un plan en vue d’un système de transport fiable et aux coûts dont le pays peut se permettre en vue du déploiement et de la collecte du matériel et du personnel.

Le système des NU considère les élections au niveau urbain et local comme une étape naturelle du processus électoral précédant les élections présidentielle et législatives de 2011. Ces élections locales sont une composante ultime et cruciale du cycle électoral conclu dans le cadre de l’Accord Global et Inclusif de 2002. D’après les NU, ces élections locales constituent en même temps un facteur du rétablissement de la paix, de la stabilité en vue de la réconciliation nationale ainsi que de l’institution d’un Etat de droit en RDC. Par conséquent, vue sous cet angle, la tenue des élections locales s’avère nécessaire sur le plan de la décentralisation, tel qu’inscrit dans la Constitution de 2006. D’après les NU, ces élections seront une étape qui garantira la continuité du processus de démocratisation en RDC. Enfin, toujours pour les NU, les élections locales sont un test pour les élections générales de l’an 2011.

C’est dans ce cadre que les services spécialisés des NU ont initié une série d’études en vue de la préparation des prochaines échéances électorales en prenant en considération le changement dans la nature de l’assistance qui sera fournie par les nations Unies. Pour les Nations Unies, il est important de rappeler que le changement aura lieu d’une part dans le contexte de la reconfiguration de la MONUC pour répondre à la demande du gouvernement congolais de voir MONUC engager le processus de quitter la RDC. D’autre part, ce changement s’explique par la nécessité d’adapter le processus électoral  aux réalités et aux capacités locales.  

L’étude en vue d’une nouvelle approche identifiera de nouvelles options d’appui logistique possibles par rapport à l’appui logistique des NU et la Communauté Internationale lors des élections de 2006 et dont l’enveloppe s’était élevée à près de US 500 millions (auxquels il fallait ajouter un important dispositif logistique). L’impressionnant appui financier et logistique de 2006 était une réponse adéquate à la carence des ressources en RDC, aux dimensions du pays, à l’état des infrastructures et à l’inexpérience de la CEI. Le mandat du système des NU était alors essentiellement basé sur l’assistance opérationnelle, en logistique et en transport aérien du personnel et du matériel électoral.

Bien que l’appui technique fourni au processus électoral demeure encore substantiel, il a cependant diminué de façon significative actuellement. Une assistance soutenue, plus particulièrement dans sa composante logistique, est à exclure. Il faudra être par conséquent réaliste dans toute nouvelle approche en appui électoral en préconisant des solutions qui soient en phase avec la situation du pays et en même temps modestes tel que le transport routier et fluvial.

Un processus électoral soutenable pour la RDC impliquera le renforcement des capacités de la CEI/CENI et une diminution graduelle de sa dépendance vis-à-vis de l’assistance étrangère. Une stratégie innovante doit donc être mise sur pied qui prenne en compte la situation financière et des institutions nationales. Par conséquent, la formulation d’une stratégie spécifiquement logistique au niveau local mérite une attention particulière.    

C’est dans ce cadre que l’étude proposera aux NU une stratégie de la logistique électorale fondée sur le contexte local, en tenant compte des retards sur les plans de la législation et des lois dans la préparation des élections, du manque des ressources et de l’anticipation du retrait par MONUC de l’appui logistique à la CEI/CENI.

Les autres points importants à intégrer dans les recommandations aux NU seront : une gestion améliorée de la logistique des élections ; la relecture des leçons des élections de 2006 ; la conception des instruments adéquats pour le monitoring et des logiciels de traçabilité; des mécanismes appropriés de supervision et de contrôle pour la logistiques des opérations sur terrain; la mise en œuvre et le développement des plans devant assurer le déploiement et la collecte du personnel et du matériel électoral; concevoir les activités de renforcement approprié des capacités du personnel de logistique de la CEI/CENI; un système d’évaluation permanente de toutes les activités de la logistique électorale dans toutes entités tant au niveau national que provincial.

 

Leave a Reply