Angulu conduit hier à sa dernière demeure

eddy anguluMinistre et ambassadeur honoraire, Edi Angulu Mabengi a été conduit à sa dernière demeure, au cimetière de Kinkole, hier mardi 03 septembre 2013. On rappelle qu’il est décédé le mercredi 21 août 2013, à la Clinique la Candeur, dans la commune de Limete, à la suite d’un malaise cardiaque. Sortie lundi de la morgue de la Clinique Ngaliema, sa dépouille mortelle était exposée au Home Assanef, où les derniers hommages lui ont été rendus par des membres de sa famille biologique et politique, ainsi que ceux de la presse et des milieux intellectuels.

On rappelle que lundi, avant d’atteindre le lieu mortuaire, le cortège funéraire de l’illustre disparu avait fait une première escale au ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme, qu’il avait dirigé de 1997 et 2000, sous le régime de l’AFDL (Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo) de Mzee Laurent Désiré Kabila. La seconde était celle du ministère des Affaires Etrangères, où il avait presté comme Ambassadeur de la RDC en France, de 2000 à 2005. La troisième était celle du siège de son parti, le PPRD (Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie), dont il était un des membres fondateurs.

Tous ceux qui ont fait des témoignages sur Edi Angulu, notamment le ministre Bavon Nsamputu de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme, le vice-ministre des Affaires Etrangères, le ministre Modeste Bahati de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, le Président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, le Secrétaire général du PPRD, Evariste Boshab, ont loué ses grandes qualités morales et intellectuelles, son sens d’abnégation, sa probité morale, sa fidélité aux idéaux de son parti, son détachement du matériel, sa précieuse contribution aux débats sur les questions d’intérêt national, son patriotisme.

Plusieurs témoins ont rappelé aussi son passé d’enseignant au niveau secondaire d’abord en qualité de licencié de l’IPN (Institut Pédagogique National) et supérieur ensuite en tant que titulaire d’un Doctorat en lettres décroché à l’Université de Sorbonne et, enfin, celui de journaliste professionnel au sein du quotidien Salongo, dans les années’80, carrière qu’il avait menée parallèlement à celle d’enseignant « cumulard ».

Ecrivain à ses heures perdues, Edi Angulu a légué plusieurs ouvrages à la postérité, dont celui intitulé « Les enfants de Mobutu et Papa Wemba ». La RDC vient de perdre, en la personne d’Edi Angulu, un homme de haute culture, un libre penseur et un formateur de la jeunesse.

Kimp

Leave a Reply