Affaire maman Olangi-Kasonga Tshilunde : nouveau report

 

                   Le procès qui oppose Maman Olangi Wosho du ministère CIFMC à KasongaTshilunde Joseph Boucar, Editeur du journal l’Eveil et Secrétaire Général de l’Union Nationale de la presse du Congo (UNPC) a été reporté au 21 janvier 2011, suite aux exceptions soulevées par la partie citée, ayant trait à la procédure et à l’incompétence de la juridiction. Cette affaire est enregistrée sous RPA 21.601 au Tribunal de Paix de la Gombe. La première audience avait eu lieu le vendredi 24 décembre2010.

                   En ce qui concerne la première exception, les avocats du cité ont indiqué que la plaignante ne pouvait pas saisir par citation directe le Tribunal de Paix de la Gombe contre leur client, dans la mesure où celui-ci ne réside et ne travaille pas à la Gombe. Son domicile se trouve dans la commune de Ngaliema et le siège du journal est à Kananga, sur l’avenue Dibaya n°3. Selon les mêmes avocats, le code pénal précise qu’à défaut du lieu de commission, le prévenu soit jugé à son lieu de résidence. Dans le cas sous examen, il fallait donc saisir le Tribunal de Kananga où se trouve le siège du journal, et à défaut celui de Ngaliema où réside le prévenu. Pour terminer, ils ont demandé au Tribunal de se déclarer non saisi et d’annuler cette procédure.

 

                     Par rapport aux moyens évoqués par la défense, la partie citante a soutenu que cette saisine a lieu à la Gombe parce que le bureau du prévenu se trouve dans ce ressort et parce que ledit prévenu, en sa qualité d’Editeur, n’a jamais mentionné le siège de sa publication, ni son adresse. C’est ainsi que se trouvant dans l’incapacité de le situer, elle s’en est remise à cette juridiction. Comment peut-on attaquer le journal à Kananga alors que l’auteur des infractions réside à Kinshasa et surtout que rien ne prouve l’existence de l’adresse de la publication.

                     En réplique, le cité qui comparaît assisté de ses conseils a indiqué que le journal n’a jamais eu de bureau à Gombe, et qu’en tout état de cause, le bureau auquel se réfère la partie citante est celui de l’UNPC et non de l’Eveil. Sur ce point, il n’y a pas de confusion possible.

                     On rappelle que Maman Olangi poursuit le journaliste Kasonga Tshilunde au Tribunal de Paix de la Gombe, pour avoir fait publier dans son édition 482, un commentaire d’un de ses correspondants résidant en Europe, nommé Olivier Israël Bolya, sur le phénomène du «jeûne pratiqué à CIFMC, sous le titre Maman Olangi, Gourou ou prophétesse ? La plaignante avait estimé être victime de propos diffamatoires, d’atteinte à son honneur et à sa considération.

 

Muriel Kadima

Leave a Reply