Affaire Ewanga : Le partenariat RDC – UE menacé,Minaku pas d’accord avec le PGR

ewanga « La construction d’un Etat  de droit et la défense des droits de l’homme sont des éléments  essentiels  qui fondent le partenariat  de  l’Union Européenne et de la RDC », a déclaré le Chargé d’affaires intérimaire de l’Union Européenne, Bruno Hanses,  à l’issue d’un entretien hier jeudi 7 août 2014 au Palais du peuple entre la délégation de l’Union Européenne, composée des Ambassadeurs de France, de Belgique et de Grande-Bretagne avec le président de l’Assemblée Nationale, Aubin Minaku.

            Ce face à face  Minaku- diplomates occidentaux  a tourné autour de l’arrestation du député national et Secrétaire Général de l’UNC (Union pour la Nation), Jean-Bertrand Ewanga,  au lendemain du meeting de l’opposition à Ndjili.

Bruno Hanses a réaffirmé l’importance que l’Union Européenne attache aux droits de l’homme et aux libertés publiques. Tout en se félicitant du déroulement de la manifestation de l’opposition  le lundi 5 Août 2014 sur le terrain Sainte Thérèse à Ndjili et de son encadrement correct des forces de l’ordre, les diplomates occidentaux en poste à Kinshasa estiment que cette arrestation ne contribue pas à l’apaisement du climat politique en RDC.

            «C’est dans cet esprit que nous avons appelés les autorités congolaises e à prendre toutes les dispositions nécessaires pour permettre l’exercice d’expression à assurer un espace politique ouvert  au débat », ont martelés les hôtes de Minaku.

            Ils ont également invité tous les acteurs politiques à s’expremer dans respect mutuel et à s’engager résolument dans un dialogue ouvert.

Le chef de la délégation de l’Union Européenne, Bruno Hanses, a laissé entendre que le speaker de la chambre basse du Parlement, qui tient à ouvrir la prochaine session parlementaire en toute sérénité, a été très attentif à leurs préoccupations.

Minaku pas d’accord avec le PGR

Répondant aux préoccupations des émissaires de l’Union Européenne, le président de l’Assemblée Nationale  a décidé de s’impliquer pour que le député national  Ewanga soit placé en résidence surveillée, en fonction de l’interprétation restrictive des principes de base en matière pénale.

            A en croire son conseiller juridique, Tupa Kamango, Aubin Minaku, en sa qualité de président de l’Assemblée nationale, procédera à un contact épistolaire avec le Procureur Général de la République pour que ce dernier, en tant qu’organe de la loi et officier du ministère public, se replace dans l’esprit de l’Arrêt prononcé par la Cour Suprême de Justice sur le point précis  de la sanction relative à l’assignation à résidence de Jean-Bertrand Ewanga.

Tupa Kamango a assuré que le président de l’Assemblée nationale adressera incessamment une correspondance au Procureur Général de la République pour  une exécution fidèle  des termes de l’Arrêt prononcé  par la Cour Suprême de Justice.

« Ces termes sont dégagés dans les dispositions légales qui disent qu’en matière de détention préventive, pour les députés nationaux, la présente mesure est remplacée par l’assignation à la résidence surveillée »,  a lâché  le porte-parole de Minaku.

EricWemba

Leave a Reply