Affaire de deux norvégiens à Ndolo : le prévenu French condamné à perpétuité

Zemanta Related Posts ThumbnailLes Norvégiens French Joshua Daniel et Moland Tostlov voulaient se faire de l’agent en République Démocratique du Congo. Malheureusement tout ce qu’ils ont pu récolter,  c’est la prison pour avoir tué un chauffeur congolais en Ituri, du nom de Abedi Kasongo. Ce chauffeur était contacté par ces deux sujets norvégiens pour les conduire à la réserve d’Okapi d’Epulu, dans la Province Orientale. Ils l’avaient tués et ravi sa camionnette. Un autre chauffeur avait vu et divulgué l’information.

 C’est dans ces circonstances qu’ils étaient appréhendés. Et pendant qu’ils étaient en détention à la prison de Ndolo, ils se querellaient de temps en temps parce que French ne voulait pas que le chauffeur soit tué. Moland était pour et c’est lui qui avait commis cet assassinat. Et French avait juré de ne jamais pardonner à son ami Moland parce que c’est à cause de lui qu’il faisait la prison. Déjà condamné à mort lors du procès en rapport avec la mort du chauffeur, il vient d’être condamné à perpétuité le 19 février par le Tribunal de Garnison Militaire de Gombe à la suite de l’assassinat de son compatriote Moland. Il est considéré  comme l’unique suspect de la mort de son compatriote parce qu’ils partageaient la même cellule. Le tribunal l’a condamné à cette peine parce qu’il a constaté qu’il y a eu effectivement strangulation avec préméditation. Après avoir confronté les expertises congolaises et norvégiennes le tribunal a découvert qu’il ne s’agit pas d’un suicide mais plutôt d’un assassinat.

Il y a lieu de rappeler que l’organe de la loi avait démontré lors des audiences passées comment French avait supprimé la vie de son ami Moland pour effacer les traces de leur opération criminelle en Province Orientale. Il avait également  requis la prison à perpétuité pour le prévenu French Joshua Daniel, pour avoir commis l’assassiné sur son ami de cellule par pendaison le 18 août 2013.

Le tribunal avait confronté les psychiatres norvégiens et congolais afin de l’éclairer à propos du certificat médical confidentiel lui adressé par le Consulat général du Royaume de Norvége faisant état de la santé précaire du prévenu French.

Ce rapport médical demandait le renvoi de French dans un hôpital spécialisé, en dehors du milieu de son incarcération puisque sa santé suscite beaucoup d’inquiétudes.

Le ministère public avait demandé au tribunal de rejeter ce rapport médical par ce qu’il a été déposé dans l’illégalité. Le consulat du Royaume de Norvège devait passer par la voie diplomatique pour atteindre les instances judiciaires congolaises. Ce document devait passer par les ministères des Affaires Etrangères et Intérieures qui devaient à leur tour le transmettre à nos juridictions. N’ayant pas suivi la procédure normale, l’organe de la loi avait demandé au tribunal de tirer toutes les conséquences du droit. Il avait en outre fait savoir qu’amener French dans un hôpital en dehors, c’est faciliter son évasion, surtout qu’il détient un passeport britannique.

L’avocat du prévenu French avait demandé au tribunal d’agréer ce document parce que ça confirme les allégations de la défense. Son client a droit à la santé en tant qu’être humain, il n’est pas le seul prévenu à demander la liberté provisoire pour se faire soigner.          Murka  

Leave a Reply