Accord-cadre : F. Muamba et M. Robinson pour des actes concrets

109mnunrobinson326158atLe coordonnateur du Mécanisme National de Suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba(MNS), François Muamba Tshishimbi, et l’Envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations-Unies dans la région des Grands-lacs, Mary Robinson, ont passé en revue, hier mercredi 12 février d’une manière croisée, la mise en œuvre des engagements de la RDC au niveau national et régional. A en croire le coordonateur du MNS, l’insistance a été faite sur les avancées internes (processus de Kampala, les Déclarations de Nairobi, réconciliation nationale avec les Concertations organisées à Kinshasa, etc.), y compris les décisions que le président de la République va prendre dans les prochains jours.

 Contente, pour sa part, de revenir à Kinshasa, Mary Robinson a souligné notamment que le centre d’intérêt est toujours l’Accord-cadre d’Addis-Abeba car « c’est au cœur de la paix durable dans la République démocratique du Congo et dans la région ». Je suis convaincu, a-t-elle affirmé, qu’il faut aller de l’avant dans une façon plus large. D’où l’importance de revenir encore au MNS parce qu’au niveau régional on a fait beaucoup de progrès. Au sommet de l’Union Africaine par exemple, à la fin de janvier à Addis-Abeba, les Chefs d’Etats et de gouvernements de l’Accord-cadre ont  décidé un plan d’action avec 15 priorités. Cela veut dire, pour l’ancienne présidente,  qu’on est vraiment déterminé à faire des progrès au niveau régional, autant que des progrès ont été réalisés au niveau national.

Rappelant à cet effet qu’on a fait des progrès avec des partenaires et le 1er ministre, l’Envoyée spéciale a affirmé avoir désormais des indicateurs et promis que bientôt il y aura un plan d’action.  D’ores et déjà, elle a indiqué qu’une plate-forme des femmes pour l’Accord-cadre a été lancée à Addis-Abeba.

Contente que la loi d’Amnistie soit passée, elle a dit qu’elle sait que ce n’était pas du tout facile de le faire sur le plan politique.

Pourquoi la Communauté internationale met autant de pression sur la RDC alors que les autres pays membres signataires de l’Accord-cadre continuent d’héberger chez eux les criminels du M23 ?

«Ce n’est qu’une impression, ce n’est pas la réalité. Au niveau régional, on nous dit la même chose : pourquoi la pression est sur les pays de la région avec des condamnations, des sanctions, etc., alors que ça devait se faire sur la RDC ? La vérité est qu’il faut de la pression au niveau régional et ici au niveau national pour avoir la paix durable. Alors la balance fait que le Comité au niveau régional, on a un plan d’action et il faut se faire confiance… » a-t-elle simplement répondu.

         Tout en félicitant le parlement d’avoir voté la loi sur l’Amnistie et le président de la République pour sa promulgation, Mary Robinson a déclaré soutenir les efforts du gouvernement congolais. De même, elle encourage un peu plus de confiance entre les voisins. Elle a aussi salué l’initiative d’engagement pris par Dos Santos, président en exercice de la CIRGL, pour aider ce processus politique d’Accord-cadre. « Je vais vraiment le soutenir. Il faut s’engager de plus en plus pour souder la paix durable. On a fait des progrès au niveau national et je vous assure au niveau régional. Et je vais faire le mieux possible au niveau régional pour que le problème s’arrête »…

         Pour conclure, François Muamba a félicité l’appui personnel de Mary Robinson pour un Mécanisme fort car étant un dispositif d’incitation, catalyseur pour l’ensemble des engagements que la RDC a à mettre en œuvre.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply