«A quoi servent les armes africaines?» : le général Malu-Malu monter au créneau

Dans votre livraison de vendredi 23 Mai dernier, nous avons lu avec un intérêt particulier, l’article ayant trait à « la Débâcle de l’Armée Malienne à Kidal ; A quoi servent les Armées Africaines ? »

 La réflexion de l’auteur interpelle la conscience de nos chefs d’Etats africains en rapport avec leur gestion des problèmes de défense et de sécurité.

Aussi ai-je pensé apporter ma modeste contribution en analysant la situation sécuritaire actuelle dans certains pays africains en proie à des menaces terroristes.

•La République Centrafricaine traverse une triste période de troubles et de guerres civiles sanglantes.

Le coup d’Etat de la SELEKA qui a défait les forces armées régulières (la FACA), en chassant le Président BOZIZE du pouvoir, a créé une confusion totale dans tout le pays.

Malgré l’important dispositif militaire français, la situation sécuritaire prend une tournure très inquiétante.

Notons que les militaires congolais de la RDC, arrivés en RCA en renfort, sous la mission de la MISCA/ CEEAC, vont bientôt se muer en casques bleus de l’ONU

•Le Mali, quant à lui, reste secoué par des troubles depuis le coup d’Etat du capitaine SANOGO.

L’élection du Président IBRAHIM BOUBAKAR KEITA (IBK), censée apporter une certaine accalmie n’a pourtant pas empêché les rebelles de MNLA de maintenir leurs positions au Nord du Mali, après les derniers combats de Kidal.

Une situation que, ni les troupes françaises présentes sur les lieux, ni celles de la Minusca, n’ont jusqu’à présent su endiguer  en dépit de l’intervention massive de l’aviation française et le déploiement des unités d’élite disposant des équipements sophistiqués.

Vu la situation que traverse le Mali dans sa partie Nord, la Communauté Internationale doit aider ce pays, à monter une véritable armée pour rétablir l’unité du pays.

Mention spéciale au Tchad qui a engagé ses troupes spéciales pour déloger les terroristes qui s’étaient fortement installés dans les montagnes du Nord -Mali.

Nous saluons la  mémoire d’une trentaine de vaillants combattants tchadiens  tombés sur le champ de bataille au Mali.

Ayant séjourné plus de huit ans au Tchad, durant ces années des troubles récurrentes, ce, en qualité d’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la RDC. Nous pouvons vous assurer que  ce pays a fourni d’énormes sacrifices pour retrouver  sa stabilité. Il dispose  aujourd’hui   d’une armée moderne, fortement équipée, disciplinée, bien entrainée et remarquable au sein des  contingents de l’UA et de l’ONU. Nous avons eu l’opportunité de suivre de près les progrès réalisés par l’armée de ce pays. Il est intéressant de signaler que le contingent tchadien a parcouru plus de 2.000 kms dans le désert avec ses propres moyens pour atteindre le territoire malien.

•Le Nigéria, pays le plus peuplé d’Afrique, fait actuellement face aux menaces terroristes de la secte islamique BOKO-HARAM proche                 d’AL-QAIDA. Ces intégristes donnent du fil à retordre  à l’armée nigériane et à  plusieurs pays africains de l’ouest.

            Pourtant, ce pays dispose d’une armée bien équipée dans la région. Les dirigeants africains doivent d’abord compter sur eux-mêmes et sur la capacité de leurs forces armées en les dotant d’un budget conséquent.

            A l’exemple de l’Angola et du Tchad, qui après une longue période des guerres civiles post – indépendance avec comme corollaire la destruction de la quasi totalité de leurs infrastructures économiques, constituent aujourd’hui les modèles de développement avec non seulement une économie florissante mais aussi disposant d’Armée réputée forte et moderne. Tête de file des armées de l’Afrique centrale ; et qui ont le mérite de participer aux différentes missions de maintien de la paix sur les territoires Africains.

            Faut-il  rappeler ici qu’à l’époque, les Centres d’entrainements de KITONA et KOTA-KOLI ont accueilli et formé les troupes spéciales tchadiennes.

            La modernisation de nos forces armées constitue une priorité des priorités, afin que nous puissions disposer des unités disciplinées, bien équipées, performantes et dissuasives.

            Nous saluons ici les prouesses des FARDC lors des opérations de ratissage des rebelles du M23, avec l’appui de la Monusco.

            Notre vœu le plus ardent est de voir notre pays doté d’une armée moderne, avec des hommes bien entraînés afin d’assurer la paix, la souveraineté nationale et surtout pour recouvrer son leadership dans la Sous-région.

            Lors du IVe Sommet de l’UE-Afrique tenu dernièrement à Paris, des voix se sont élevées pour prôner la modernisation des armées africaines en vue de combattre les fléaux tels que le terrorisme, la piraterie et le trafic de drogue,  en vue d’une sécurisation collective.

Général A MALU-MALU DIANDA

 

Ambassadeur Honoraire

Leave a Reply