A propos de l’article « Lombo Shango de la DGM en fuite » :Shango répond au Phare

A Monsieur l’Editeur-Directeur Général du Quotidien « Le Phare »

Concerne : Mise au point

Monsieur l’Editeur,

 J’ai lu avec grande stupéfaction l’article paru en manchette dans votre journal, dans son édition numéro 3876 du lundi 26 juillet 2010, avec l’avant titre et le titre « Poursuivi pour faux en écriture par le PGR : Lombo Shango de la DGM en fuite » sous la signature acronymique d’un certain F.M.
 Il me revient de porter à la connaissance de votre journal respectable et crédible tant sur le plan rédactionnel que de la qualité intrinsèque de ses animateurs, que la source des informations contenues dans cet article est animée de mauvaise foi autant elle se plait à induire la presse en erreur.
 D’abord, quand elle vous fait croire que moi Lombo Shango Edou, je suis en fuite, c’est du mensonge grossier tout simplement pour faire croire à la justice que je ne suis pas prêt à l’affronter devant les hommes de la loi.

 

 Je vous confirme que je suis bel et bien à Kinshasa dans ma résidence bien connue de tous les cadres de la DGM et j’attends que la justice que j’avais saisie par ma plainte de dénonciation du 1er juillet 2010, sur les détournements des deniers publics par le DG a.i. de la DGM m’invite en bonne et due forme pour que j’aille lui apporter toutes les preuves sur les faits soulevés dans une déposition.
 Ensuite, il est incongru et impensable que quelqu’un qui se plaint devant la justice comme moi, fasse l’objet « des mandats d’arrêt et de perquisition » comme vous le soulignez dans votre article. A moins que nous soyons dans une République bananière.

 Ce qui est vrai enfin, c’est que le DG a.i. de la DGM, bourré des dollars qu’il amasse illégalement au détriment du Trésor Public se sert d’un escadron de la mort pour me traquer et me réduire au silence. C’est ainsi qu’il envoie des hommes en uniforme, armés jusqu’aux dents pour fouiller ma résidence et procéder à ma recherche partout où je suis supposé me retrancher pour attendre que la justice, « la vraie » m’invite pour comparaître.
 Ce jour-là, je confondrai le DG François Beya avec des preuves irréfutables sur des colossales sommes d’argent qu’il est en train de détourner chaque jour et qui lui permettent en si peu de temps de se comporter comme un intouchable.
 Tous ces montages ou soit-disant affaire COTA Mining ne sont que des fuites en avant inventées par le DG a.i. de la DGM pour me discréditer. Ce sont des allégations mensongères qu’il monte de toutes pièces pour me discréditer. Ce sont des allégations mensongères qu’il monte de toutes pièces pour se soustraire des graves présomptions du détournement d’importants deniers publics dont nous avons révélé la teneur au Procureur Général de la République dans notre plainte du 1er juillet susmentionnée.
 Pourquoi a-t-il attendu des mois durant pour ne parler de cette ténébreuse affaire que seulement après que j’aie saisi le PGR ?
 Je profite de votre tabloïd pour inviter le PGR et le Procureur Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe à ne pas faire confiance aux allégations mensongères et diffamations du DG a.i. de la DGM. Je suis prêt à comparaître pour présenter les preuves des détournements opérés par ce Monsieur qui a transformé la DGM en boutique familiale ou à un cercle d’amis où chaque membre de son entourage affiche en si peu de temps, une opulence révoltante avec des charrois automobiles de gros cylindrés. C’est au moment où le commun des agents et cadres de la DGM se contentent du salaire de misère.
 Connaissant bien le sérieux et le professionnalisme avec lesquels vous traitez les problèmes liés à votre noble métier, je suis convaincu que ma mise au point sera prise en compte dans les proportions prévues par les lois qui réglementent la presse dans notre pays.
 D’avance, au plaisir de vous lire afin que tout Congolais qui se retrouverait dans une situation de fragilisation et de discrimination comme moi se sente rassuré que nous sommes dans un Etat de droit où la presse est un véritable quatrième pouvoir capable de combattre les tentacules des « hommes et femmes qui veulent se hisser au-dessus des lois ».

Edou Lombo Shango
Administrateur DGM

 

Leave a Reply