A 9 ans, elle perd toutes ses dents dans un accident de circulation

justice-balanceLes parents d’Agnès Luemba ont saisi le Tribunal de Paix de Gombe sous le RP 23.592 pour que celui-ci puisse ordonner la prise en charge sérieuse de leur enfant devenue quasiment édentée à la suite de l’accident de circulation provoqué en date du 1 juillet 2013 par Nduku Ndompetelo Victor, chauffeur au ministère de l’Intérieur du gouvernement provincial du Bas-Congo, dans le territoire de Songololo.

            Cette affaire n’a pas été instruite comme cela était prévu à l’audience d’hier jeudi 17 juillet 2014. Pour cause ! L’avocat de la victime a sollicité la remise à deux semaines aux juges pour que cette enfant âgée de 9 ans soit amenée aux cliniques universitaires pour des soins spécialisés.

            Compte tenu de l’état de santé de l’enfant, le tribunal a accordé cette remise aux parties en revoyant la cause au 8 mai 2014.

            En ce qui concerne la genèse des faits. Agnès Luemba âgée de 9 ans, a été tamponnée le 1 juillet 2013 par Victor Nduku Ndompetelo, chauffeur au ministère de l’Intérieur du gouvernement provincial du Bas-Congo, sur l’avenue Kabasele Tshamala, non loin de la Prison Militaire de Ndolo, dans la commune de Barumbu. Cet accident s’était produit  vers 11 heures, lorsque la victime voulait traverser la chaussée. Et comme le chauffeur qui provenait de la Ville pour Bon Marché roulait à vive allure. C’est dans cette circonstance qu’il avait renversé Luemba Agnès.  Celle-ci perdu toutes ses dents, et connu des problèmes sérieux au niveau de ses mâchoires.

            Selon le conseil de la victime, l’enfant était internée à la Clinique Ngaliema. Mais, les médecins dentistes de cette institution hospitalière avaient suggé son transfert aux cliniques universitaires pour des soins corrects étant donné qu’il y a des spécialistes en la matière pour pouvoir  redresser la mâchoire de l’adolescente. Mais contrairement à cette décision médical le chauffeur avait jugé bon d’amener l’enfant à Kimpese. C’est la raison qui a poussé ses parents à saisir le tribunal.

            Et  les avocats du défendeur Victor Nduku Ndompetelo ont indiqué que l’évolution à la Clinique Nalliema était bonne ce sont les parents de la victime eux-mêmes qui s’étaient précipité sans l’avis d’un quelconque médecins et avaient amené leur enfant à Kimpese. Leur client n’a jamais refusé de supporter les frais d’hospitalisation de la victime. D’ailleurs, les médecins dentistes à Ngaliema  avaient refusé de mettre la prothèse dans la bouche de l’enfant compte tenu de son âge. Ils avaient estimé que les dents étaient poussées naturellement, ont ajouté les avocats de Victor.

            Le ministère public a estimé que pour bien régler ce litige, le tribunal devra prendre une décision avant dire droit afin de contraindre le prévenu d’assumer correctement  ses responsabilités parce que l’enfant continue à souffrir.

Muriel Kadima

Leave a Reply