74 artistes primés par le gouvernement

La première édition du « Prix national du mérite de la Culture et des Arts(PNMCA)1 » a vécu le vendredi 4 juillet 2014, au salon Congo du Grand Hôtel Kinshasa.

Ce prix est une initiative du ministère de la Jeunesse, Sports, Culture et Arts, qui reconnait les mérites aux artistes congolais et les stimule à œuvrer davantage en faveur de la société.

Au nom du Premier ministre empêché, c’est le ministre de PT-NTIC Tryphon Kin Kiey Mulumba qui a présidé cette cérémonie.

Plusieurs  invités de marque étaient également présents à cette cérémonie de remise de prix, à savoir le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta, le ministre de la Jeunesse, Sports, Culture et Arts (JSCA)Baudouin Banza Mukalayi Sungu, Crispin Atama Tabe des Hydrocarbures, le Chancelier des Ordres nationaux, etc.

Outre les membres du gouvernement, il y avait aussi les ambassadeurs accrédités en RDC et chefs de missions diplomatiques, les administrateurs des entreprises publiques, les heureux lauréats et les membres de familles.

Au cours de cette cérémonie, 74 artistes lauréats ont été nominés dans les disciplines ci-après : musique, chronique culturelle, opérateur culturel, théâtre, littérature, cinéma, arts plastiques, photographie, modélisme et stylisme.

Dans son mot de bienvenue, André Kimbuta s’est dit honoré de prendre part à cette cérémonie, en sa double qualité d’ami de la  culture et de gouverneur de la ville.

Il a rappelé à l’assistance que la RDC est un pays diversifié où rayonnent les cultures. Il s’est dit fier de porter l’identité kinoise qui trouve  son sens dans l’ingéniosité, la créativité, ainsi que dans les brassages de cultures.

Aux noms de Kinois et Kinoises, le gouverneur André Kimbuta a loué cette initiative juste de reconnaître les mérites des dignes fils de ce pays, véritables ambassadeurs et pourvoyeurs de la culture congolaise.

Pour sa part, le professeur Joseph Ibongo, directeur général de l’Institut national des musées nationaux(INMC) et président du jury de cette première édition, a fourni des explications sur les critères de choix des lauréats.

A l’en croire, la valorisation du potentiel humain participe à l’émergence des valeurs fondamentales. D’après lui, ce prix a été institué pour stimuler la performance de création des œuvres de l’esprit.

Le professeur J. Ibongo a signalé que les résultats du jour sont le fruit d’une commission et d’un jury qui ont travaillé depuis  deux mois, et d’ajouter que ce jury travaille sur des critères tels que : être créateur des œuvres et avoir exercé depuis 20 ans dans un domaine, détenir les preuves de créations, observer les règles d’éthique et de morale publique, et de signaler que toutes les générations ont été prises en compte.

Pour sa part, Tryphon Kin Kiey s’est dit heureux de présider une cérémonie pailletée, aussi bien par tant des beautés que des génies.        Il a donné le sens de cette cérémonie qui consiste, selon lui, à récompenser tous les créateurs et acteurs culturels. Car, c’est par le mérite, la gloire ainsi que la notoriété que l’on reconnait l’estime de ses concitoyens.

Tryphon Kin kiey a aussi signalé que l’une des missions de l’Etat congolais, c’est de protéger cette catégorie, d’où l’objet de cette manifestation si colorée qui témoigne de l’attachement de la nation toute entière aux créateurs des œuvres de l’esprit. Il a estimé que  cette reconnaissance doit également être perçue comme un devoir national, c.à.d. un acte réitératif qui inaugure un nouveau départ.

De son côté, le ministre Banza a estimé qu’il était tout à fait normal pour le gouvernement de relever le défi par le renouvellement de la pratique commémorative, de la célébration et de récompense en faveur des créations spirituelles les plus mémorables.

Baudouin Banza a déclaré que pour le gouvernement de la République, toute œuvre de l’esprit contribue à animer une civilisation. Aussi, il a invité d’autres artistes à s’inspirer de l’exemple de leurs collègues pour travailler davantage, afin de mériter eux aussi de la reconnaissance de la nation.  Le ministre de la JSCA a fait savoir qu’il était de son devoir d’initier ce prix sous l’égide du Premier ministre dont l’amour, et le goût du beau, du bien et du vrai, ne sont plus à démontrer. Le ministre a fait savoir que ce prix a aussi été initié pour satisfaire à l’ambition légitime, mais aussi à la clairvoyance du chef de l’Etat.

Il a rappelé qu’il est impossible pour quiconque de s’en passer de la culture qui  englobe tout. Et de s’interroger : comment parler de la culture sans évoquer le relais des créateurs des œuvres de l’esprit ?

Cela est tout à fait impossible, car ce sont ces derniers qui non seulement ont toujours fait la grandeur des Etats et des nations, mais aussi savent atteindre et transformer les âmes et les esprits.

Le ministre Banza a conclu que désormais notre intelligence, nos talents, nos génies, notre savoir et savoir-faire, bref la culture  congolaise doivent être mis à profit pour imposer le label « RDC »partout au monde.

Au nom de tous les lauréats, le professeur Yoka lye Mudaba a déclaré que ce prix est une charge qui doit être prise avec humilité, responsabilité, rationalité.

Signalons que parmi les lauréats, il y a eu dans la catégorie littérature : les professeurs Emmanuel Mateso, Deogracias Kimenya et Manda Tchebwa,…

Dans la chronique culturelle : Bolemba wa Bolemba

Musique : Wemba, Bozi,Kiamwangana Verkis, Lutumba, JB Mpiana,Werra Ngiama, Nyoka Longo, Mbilia Bel, Tshala Muana,…

Théâtre : Elombe, Mama Shako, Bipendu, Masumu,…

Musique chorale : Ambroise Kuanzambi, Ndiagenda Armand,…

Peinture : Liyolo, etc.

Melba Muzola

Leave a Reply