70 ans de l’Académie des Beaux-Arts : hommage à un grand artiste

dyn004_original_480_571_jpeg_2551428_4114b3da871143c85dd466a70b0dbe93La Cathédrale Notre dame du Congo a servi de cadre à la messe solennelle de commémoration du 70ème anniversaire de l’Académie des Beaux-Arts le mercredi 13 novembre 2013.

            Cette célébration avait pour but de témoigner une vive reconnaissance à l’éternel Dieu Pout Puissant grand-artiste de l’univers. Cette messe solennelle avait regroupé les responsable de l’ABA dont le DG Patrick Missasi, le Secrétaire Général Académique Jean-Pierre Nduwa, des professeurs parmi lesquels figuraient Maître Liyolo, des étudiants, les amis de l’Aba (structure qui regroupe les anciens étudiants, les élèves de l’Institut des Beaux-Arts (Humanités et pépinière de l’ABA).

            S’exprimant à la presse au sortir de cette messe, le DG Patrick Missasi a donné lecture de cet événement. Il a affirmé qu’il est un signe de reconnaissance à Dieu que cette messe a été dite. Il a confirmé qu’il est tout à fait normal de rendre grâce et gloire au Très Haut pour ses bienfaits combien louable en faveur de l’ABA.

            Et d’indiquer que c’est ce berceau d’art qui a façonné et aussi constitue une fierté pour le pays d’être toujours classé au même niveau d’égalité que les grandes écoles de formation d’arts du continent et du monde. Pour lui, cet événement est vraiment une grâce méritée qui vient du ciel. Quant aux perspectives d’avenir de l’ABA, son Directeur général a exhorté les différents membres de son institution de demeurer travailleurs et créatifs.

            Intervenant pour sa part, le Secrétaire Général Académique Jean-Pierre Nduwa a signalé que la tenue de cette messe est pour implorer le pardon à Dieu et solliciter de sa part l’intelligence, le courage ainsi que la force pour bien mener cette œuvre utile à bon port.

            En outre, il a renseigné qu’en tant que grande école d’art de renommé d’Afrique Centrale, l’Aba a pour devoir de redorer à chaque instant son image sur tous les plans, notamment celui de l’enseignement et de la qualité de sa formation. Et bien plus, il a ajouté qu’il est tout à fait normal pour l’ABA, grande institution d’art de rendre hommage au plus grand artiste qu’à connu le monde puisqu’après Dieu, vient les artistes dans toutes leurs disciplines.

            Pour sa part, le professeur Liyolo a indiqué qu’il s’agit d’un double événement qui se fête. Livrant ainsi son témoignage personnel en tant que fruit maison, il s’est dit fier d’appartenir à la grande famille de l’ABA, car, cette institution a formé de dignes fils du pays dans le domaine des arts.

            Toutefois, il a confirmé qu’en dehors de ceux qui ont été formés par l’ABA, il ne voit pas qui pourrait mieux parler de l’art. Ainsi, il a émis le vœu de voir cette œuvre grandir au bénéfice des générations futures.

            Juste après la messe, un vernissage, exposition de plusieurs œuvres a été organisé dans l’enceinte de l’Aba.

Melba Muzola

Leave a Reply