4 ans de travaux forcés requis contre Lutu Mabangu

Le ministère public a requis une peine de quatre ans de travaux forcés contre le prévenu Lutu Mabangu, coordonnateur de la RTNC 2, poursuivi pour « détournement » des biens publics depuis le 14 décembre 2009 et présentement en détention à la prison de Makala. Le réquisitoire a été rendu public lors de l’audience de vendredi 26 février à la Cour d’Appel de Kinshasa, après que les avocats de la défense aient, dans leurs plaidoiries, demandé sa liberté et la « réparation pour préjudice subi ». La Cour a ainsi pris l’affaire en délibéré et le verdict sera rendu dans « le délai de la loi».

« C’est un arrêté de Masegabio »

Cité à témoigner, l’Administrateur délégué général de la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC), Déogracias Kipolongo a accusé le prévenu d’avoir « vendu les biens publics » sans l’autorisation de la « hiérarchie ». Monsieur, avez-vous été informé de la vente du groupe électrogène et de deux véhicules ? Monsieur le juge, Votre honneur, je l’ai appris comme une simple rumeur avant de mettre en place une commission». Même pas par téléphone ? Non, a répondu le témoin. « Rien ne se fait par téléphone. Tout se fait par écrit ». A une question du juge sur la procédure de vente d’un bien public, Kipolongo a indiqué qu’en l’espèce, le prévenu aurait dû s’adresser à l’Adg de la Rtnc, à la tutelle et enfin, l’autorisation devrait être certifiée par le ministère qui a les infrastructures dans ses attributions. Est-ce le rapport financier de la RTNC2 vous parvient régulièrement ? Non monsieur le juge, il ne nous a jamais fait un rapport depuis qu’il est là, a renseigné le comparant. « C’est un arrêté de l’ancien ministre Masegabio qui lui a donné les pouvoirs qu’il ne devrait pas avoir », s’est-il lamenté en faisant allusion à Philippe Masegabio Nzanzu alors ministre de l’information. «Monsieur Kipolongo, vous contestez quoi et qu’est-ce que vous reprochez au prévenu Lutu Mabangu ?» « D’abord, a répondu Kipolongo, la RTNC 2 n’est pas une entreprise, c’est un organe de la RTNC qui détient l’unique caisse et la fonction de coordonnateur dont il se prévaut n’existe pas ensuite, il a agi sans l’accord de la hiérarchie». Quel est le statut de la RTNC 2 ? Elle a le statut d’une station provinciale au même titre que les autres entités provinciales de la RTNC dépendant de la RTNC dont le siège est basé à Lingwala, a rétorqué Kipolongo. Reconnaissez-vous l’avoir suspendu pour des faits de gestion que vous lui reprochez et c’était quand ? « Je l’ai suspendu depuis le 17 décembre 2009 ». Savez-vous qu’à cette date-là, il était déjà en détention ? «Non», a répondu brièvement le témoin. Le juge se retourne vers le prévenu et lui pose la même question. Oui, j’étais déjà en détention au CPRK le 14, soit trois jours avant sa lettre, a précisé Lutu, malade atteint de lithiase vasculaire, selon ses avocats.

« C’est un ange… »

Au moment des plaidoiries, le collectif des avocats de la défense a plaidé non coupable en faveur de Lutu dont il a, sur-le-champ, demandé la liberté et « réparation pour préjudice subi ». « Nous savons que le dossier tend à l’acquittement de notre client, et nous sommes d’avis que le ministère public va requérir à décharge », a lancé Me Nzuika, regard tourné vers l’Avocat général.

Les quatre auxiliaires de justice engagés dans la cause ont, non seulement, demandé l’acquittement du prévenu mais exigé également le payement des dommages et intérêts à hauteur de 100.000 dollars américains. « Si nous étions au Vatican, Lutu serait béatifié pour son intégrité parce qu’il a vendu un bien public et fait garder l’argent au trésor public dans un pays où le détournement a cessé d’être une exception et a même refusé de donner la commission, une pratique pourtant monnaie courante dans notre pays. C’est un ange, ce père de famille », a argumenté un autre avocat qui a souligné que « d’autres prévenus trempés jusqu’au cou dans des dossiers de détournement des biens de l’Etat comparaissent ici et repartent d’ici sans être détenus, même à titre préventif ». Est-ce Kipolongo a déjà porté plainte contre Lutu ?, s’est interrogé le jeune avocat qui a répondu lui-même par la négative. « Garder encore Lutu en prison, c’est sa mort certaine, il a une lithiase, le garder encore en détention, retrouverons-nous sans doute avec une dizaine de lithiase. Il a, comme nous, prouvé qu’il n’a jamais rien détourné».

« La défense s’est embourbée »

Le ministère public a persisté que le prévenu « a dépouillé l’Etat congolais de ses biens ». La prévention, dans son entendement, est le « détournement » d’un mini bus de marque Nissan immatriculée ALD 3331, d’une jeep de marque Mahindra portant le numéro d’immatriculation KN 9686 BD et d’un groupe électrogène d’une capacité de 125Kva. C’est ce que les avocats ont réfuté, expliquant que le détournement sous-entend que le prévenu a vendu les biens énumérés supra et gardé le fruit de la vente à son propre compte. « Ce qui n’est pas le cas », a fait observer la défense.

« La défense s’est fortement embourbée dans les notions d’humanisme alors que le prévenu a perturbé l’ordre public. Il devra purger ses peines et payer des amendes », a insisté le ministère public. Est-ce qu’on peut vendre une épave ? s’est-il interrogé en répondant lui-même par la négative. Où est le PV de la réunion que le prévenu prétend avoir tenue et ayant donné l’approbation de vente des biens de l’Etat ? Est-ce dans ses prérogatives ? L’acte posé, a insisté le MP, « c’est un pur détournement par le fait de prendre un bien déterminé et l’orienter à un usage autre que le premier pour lequel il a été destiné ». Aux interrogations de l’accusation, la défense a signifié à la Cour que, contrairement à l’exposé du ministère public, on peut aussi acheter une épave et que l’acte posé par le prévenu ne relève nullement du détournement. A la fin de l’audience, le ministère public a, sur-le-champ, requis une peine de quatre ans de travaux forcés contre Lutu, entouré des siens, tandis que la défense a démontré la nécessité de l’acquittement du prévenu parce que « innocent».

      D-I.Kazadi                 

 

Leave a Reply