2011 : les femmes en ordre de bataille

L’Association des Parlementaires Européennes pour l’Afrique (Awepa) a organisé le lundi 22 mars 2010 pour le district de la Funa (Bandal, Bumbu, Kasa-Vubu, Ngiri-Ngiri, Kalamu, Selembao et Makala), une journée d’information ayant pour thème « Les conditions d’une participation accrue des femmes dans la vie politique en RDC ». La rencontre a eu pour cadre la salle des fêtes l’Arrosoir, au croisement des avenues Ethiopie et Lodja, dans la commune de Kasa-Vubu. Elle a connu la participation de plusieurs bourgmestres, du Pnud, de la CEI, de la ministre provinciale  du Genre, Education et Environnement, des députés provinciaux, des femmes candidates potentielles aux élections locales et législatives pour la ville de Kinshasa.

 

Pendant les travaux, les participantes ont passé en revue les instruments juridiques nationaux et internationaux, en l’occurrence de l’article 14 de la Constitution de la RDC et la Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard de la femme. Il a été constaté que ces textes ne sont pas souvent respectés. C’est ainsi qu’Awepa et les parlementaires ont décidé de mettre sur pied un plan d’urgence pour conduire les femmes aux élections locales.

Les femmes ont été exhortées à prendre conscience de leur situation précaire au sein de la société congolaise et d’imaginer des stratégies et des moyens de se prendre en charge, car « l’orgueil mâle ne semble pas vouloir céder du terrain ». Marginalisées, réduites uniquement aux travaux de ménage, les Congolaises revendiquent leur épanouissement intégral, dans la droite ligne des exigences de la mondialisation.

Les débats se sont particulièrement focalisés sur une plus grande participation féminine aux prochaines élections locales et leur positionnement dans les centres de décision ; un soutien appuyé aux candidatures des femmes pour les élections locales et législatives ; les conditions légales et qualités pour une candidate aux élections urbaines, municipales et locales ; les rôles des partis politiques et leurs obligations pour une participation accrue des femmes à la vie politique ; le système électoral le plus favorable à une représentativité significative des femmes dans les institutions.

Esther Kamuanga, Tothy Tekela Madiya et Ferdinand Kapanga figuraient au nombre d’intervenants chargés d’éclairer l’assemblée sur les différents thèmes en discussion.

                                                Ntumba Kanyiki Sandra (Stg UPN)

Leave a Reply