19ème anniversaire des martyrs de la démocratie :l’abbé Mugaruka : «Les événements du Maghreb pourraient s’inviter chez nous»

La célébration du 19 ème anniversaire des martyrs de la démocratie a servi de prétexte au regroupement d’ongs appelé «Collectif du 16 février» à organiser une série d’activités dans la capitale.
 Une célébration eucharistique en mémoire des martyrs de cette  journée a eu lieu hier  mercredi16 février 2011 à la paroisse Saint Alphonse à Matete..
 L’abbé Richard Mugaruka a animé une conférence-débat la veille  avec comme thème «  Le martyr » à la paroisse Notre Dame d’Afrique à Lemba.
 «  Le 16 février 1992 et le 30 juin 1960 sont les dates que notre peuple a inscrites dans  son histoire en lettres de lumière », a dit d’emblée le conférencier dans son mot de bienvenue.
 «Le 16 février 1992, a enchaîné le prêtre de l’archidiocèse de Bukavu, les congolais se rappelant les propos contenus dans leur hymne national, ont bravé la dictature pour obtenir la réouverture de la CNS.

 Et depuis lors, la marche sur ce chemin continue malgré les multiples embûches posées par les forces obscures.»
 Et de poursuivre en ces termes : « Non à une démocratie de façade  comme on cherche à nous l’imposer mais pour une démocratie telle que  c’est la volonté et le bien-être intégral du peuple congolais qui doit primer sur d’autres considérations. Nos acteurs politiques et leurs mentors doivent le comprendre, car c’est aussi leur intérêt. Sinon, ce qui vient de se produire en Afrique du Nord s’invitera aussi chez nous».
 Richard Mugaruka a martelé ensuite  que cette année, l’occasion nous est offerte de bâtir « Un Congo plus beau qu’avant ».
 Dans la partie «débat», plusieurs questions ont été posées à ce serviteur de Dieu. Naturellement , l’assassinat de Chebeya, s’est invité dans le débat. A cette question, le conférencier du jour a dit que Chebeya a été tué certainement dans les locaux de la police. Et espère au même titre que d’autres compatriotes qu’à l’issue du procès qui est en cours, la vérité éclatera.
 Il n’a pas manqué de déplorer le peu de bruit fait par l’Etat congolais autour de la mort de Monseigneur Muhizirwa. Seuls, les chrétiens se sont donnés beaucoup de peine sur son élimination physique. Les véritables auteurs de l’élimination de ce prélat se retrouvent à Kinshasa, a-t-il indiqué.
 A une autre question sur les Cinq chantiers, l’orateur principal du jour, a fait observer qu’il n’ya aucun mal à épingler l’éducation, l’emploi, les infrastructures, l’eau…. comme les grands axes du mandat de l’actuel Chef de l’Etat.
 Néanmoins, à son humble avis, les Congolais se font beaucoup des soucis pour la sécurité alimentaire, la réforme de la justice, de l’armée….
 19 ans après la marche des chrétiens, il est temps de rafraîchir la mémoire de ceux qui n’ont pas vécu cette journée mémorable. Entre temps, certains initiateurs de cette marche nous ont quitté ( cas du Dr Numbi, Kandolo…) ou encore sont devenus quelque peu discrets.  D’autres, à l’instar de Pierre Lumbi, se retrouvent de l’autre côté de la barrière.
 Par ailleurs, le collectif du 16 février regroupe les ongs et plate formes comme le Rodhecic, Toges Noires,  Groupe Amos,  Amis de la Prison, Groupe Jérémie…
                                
 JPN.

Leave a Reply