16ème Symposium des évêques africains : «L’Afrique a besoin de bons Samaritains…»

Zemanta Related Posts ThumbnailDes milliers des  catholiques ont pris d’assaut le stade des Martyrs hier dimanche 14 juillet 2013 pour assister au culte sanctionnant la clôture du 16 ème Symposium des Conférences Episcopales d’Afrique et de Madagascar « SCEAM ». Le Chef de l’Etat s’est fait représenter au stade par le ministre de l’Intérieur, Richard Muyej. Dans la tente principale, on pouvait  voir les cardinaux Monsengwo ( RDC),  Ntumi ( Cameroun), Pengo ( Tanzanie), monseigneur Djomo, le président de la Cenco….. Une ambiance de fête  a régné tout au long du culte. Les fidèles massés dans les gradins et les tribunes ont exprimé  leur joie en agitant  des drapelets lors de l’interprétation des chants.  Le culte  a été dirigé par le nouveau président du SCEAM, Monseigneur Gabriel Mbilingi, archevêque de Lubango, en Angola.

            Monseigneur  Louis Portella a axé sa prédication sur l’amour envers le prochain et le démuni. L’évêque du diocèse de Kinkala (Congo-Brazza) et nouveau premier vice président du SCEAM  s’est référé à l’evangile de Saint Marc pour asseoir son message.

            «Nous serons jugés par rapport à notre engagement à l’endroit de ceux qui sont dans la détresse », a-t-il affirmé.

            Revenant sur l’histoire biblique du bon Samaritain qui n’avait pas hésité d’apporter son réconfort à un étranger, il a  souligné  que l’Afrique a besoin des bons Samaritains dans les domaines politiques, économiques…

Réconfort moral

            Quand  Mgr Monsengwo  a pris la parole, le stade a vibré.  Il  a fait savoir que les évêques africains ont fait le déplacement de Kinshasa pour manifester leur solidarité au peuple congolais victime de la guerre depuis de nombreuses années.  Il a demandé aux chrétiens de prier ardemment pour que Dieu aide les autorités religieuses et politiques d’Afrique et de Madagascar à conduire la barque de leurs Etats à bon port.

            Léonard Santedi, le Secrétaire général de la Cenco, a présenté à l’assistance les  nouveaux membres du bureau du SCEAM et lu les noms  des  animateurs des  regroupements régionaux des Conférences Episcopales d’Afrique.

            Mgr Gabriel Anokye, archevêque de Kumasi au Ghana, est le 2 ème vice président du SCEAM. Le secrétariat général échoit au Père Joseph Komakoma de la Zambie.

Dans le message apprêté par les évêques au terme du symposium et lu  par Portella, il est indiqué que la solidarité et la  communion de pensée des évêques vont vers les Congolais, Centrafricains, Maliens, Malgaches, Sud soudanais, Nigérians, Tunisiens et Egyptiens.

L’Egypte et la Tunisie ont été jadis  le berceau du christianisme africain , a-t-il noté.

            L’Afrique  est  riche. Ces  richesses sont le motif principal des conflits et guerres par procuration auxquelles se livrent les grandes puissances et les multinationales sur le continent noir.

Les maux dont souffre  l’Afrique, lit-on, trouvent leur source dans le cœur de l’homme marqué par le péché.

Défis

            Au chapitre des résolutions, il est signalé que face aux défis idéologiques et religieux de ce temps, les évêques africains s’engagent à parler fort et à poser des actes significatifs pour que l’Eglise se mette réellement au service de la réconciliation, de la justice et de la paix dans les pays d’Afrique. Mais aussi à promouvoir une année de la  réconciliation au niveau continental.

Les participants au symposium s’engagent à  redoubler d’ardeur pour impliquer les universités catholiques et les élites chrétiennes africaines dans la formation intégrale des laics pour que ces derniers prennent leurs responsabilités dans les différents domaines de la vie.

Les  évêques demandent aux baptisés de travailler de manière responsable au développement de leur pays et à s’attaquer aux structures des péchés qui engendrent la misère.

Jean- Pierre Nkutu  

Leave a Reply