120 cas de viols signalés en RDC

« Environ 200.000 femmes ont été violées en RD Congo au cours des 12 dernières années de guerre dans ce pays. Depuis le début de cette année, on enregistre 120 cas de viol signalés dans le pays, » a déclaré hier à la conférence de presse hebdomadaire de la Monusco, Touré Penanimi, porte- parole intérimaire de la mission.

A une question de la presse consistant à savoir comment expliquer cette situation alors que le mandat de la Monusco est précisément de protéger les civils, le porte- parole a répondu : « Nous essayons de faire le mieux que nous pouvons. Comment enregistrer ce nombre alors que nous ne sommes qu’au début de l’année. Nous sommes en train de voir si nous pouvons changer notre stratégie. »

Devant le conseil de sécurité, le représentant spécial Roger Meece a indiqué que des groupes armés étrangers et de l’intérieur continuent d’agir comme des forces prédatrices, utilisant souvent le viol et d’autres formes de violence comme des armes contre les civils.
Le représentant de la Rd Congo à l’ONU, l’ambassadeur Ileka Atoki, a souligné de son côté, selon le document remis à la presse hier, que « la violence envers les femmes constituait toujours pour le Congo un véritable fléau, une réminiscence morbide, un héritage lugubre d’une décennie de rupture de la paix et de la sécurité internationales dont le pays a été récemment la victime expiatoire. »

L’ambassadeur Ileka a réitéré l’engagement sans faille de la RDC à éradiquer ce fléau des violences sexuelles. Cette lutte est, selon lui, du domaine de la responsabilité partagée, quoique différenciée, de la communauté internationale , Nations Unies et du gouvernement congolais.
Ces crimes contre l’humanité, a-t-il poursuivi, réclament réparation, quels qu’en soient les auteurs, nationaux,  étrangers, voire même messagers de la paix. Ces crimes, a précisé l’ambassadeur Ileka Atoki, exigent qu’il soit mis fin à une certaine impunité.

Jean- René Bompolonga

Leave a Reply